×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Tout sur Internet

    Par L'Economiste | Edition N°:168 Le 23/02/1995 | Partager

    Internet est le plus grand réseau, reliant plusieurs millions d'utilisateurs, entreprises, universitaires et particuliers. Un guide pour comprendre ce réseau qui s'installe au Maroc.

    Qu'est-ce que c'est qu'Internet?

    C'est un réseau de réseaux d'ordinateurs reliés par les lignes téléphoniques, par satellite et par fibre optique. Internet réunit à travers le monde près de 4 millions d'"hôtes". Si vous avez accès à un hôte - que ce soit un réseau universitaire, gouvernemental ou commercial, ou tout simplement votre PC à la maison vous pouvez vous connecter sur le Net (comme l'appellent les adeptes) pour communiquer avec qui vous voulez sur toute l'étendue du réseau.

    Pour résumer, Internet est donc un réseau énorme d'ordinateurs, plus les moyens techniques qui les relient entre eux. Mais Internet est beaucoup plus qu'un ensemble de machines et des lignes de communication. C'est une structure tentaculaire, un espace presque infini. Et ce sont également des communautés virtuelles, c'est-à-dire des gens séparés dans l'espace, mais rapprochés grâce au Net.

    Comment cela marche-t-il?

    C'est un peu comme un système postal, sauf que chaque adresse est également centre de tri. Avec un nombre aussi élevé d'ordinateurs faisant partie du réseau, il serait impossible d'avoir un seul centre. Le travail se partage donc entre tout le monde. Supposons qu'un étudiant en Irlande souhaite envoyer un message à quelqu'un aux Etats-Unis. Il n'y a pas qu'un seul câble reliant l'ordinateur de l'étudiant à celui de son destinataire. Et de toute façon, ce serait beaucoup trop long et pas assez fiable avec ces bons vieux câbles. Internet crée donc des circuits "virtuels" entre les ordinateurs.

    Comme à saute-mouton

    Tout d'abord, le message de l'étudiant va être coupé en morceaux par l'hôte, le premier maillon dans la chaîne. L'hôte va ensuite tamponner l'adresse électronique de l'étudiant ainsi que celle du destinataire sur chaque morceau.

    Le message sera alors lancé dans le réseau. Les différents morceaux seront lancés d'un hôte à un autre, un peu comme un jeu de saute-mouton. Lorsque le message sera arrivé, les adresses sur les différents morceaux seront effacées et le message sera recollé ensemble. Le destinataire pourra alors lire le texte.

    Tout le monde peut-il s'en servir?

    Oui. A condition, bien entendu, d'avoir accès à un hôte. Vous pouvez accéder à un hôte soit à votre université, soit à votre travail. Sinon, il vous faudra connecter votre PC à l'hôte d'une société spécialisée dans la vente des services on-line. Mais il faudra alors payer. Mais il ne vous suffira pas d'accéder au réseau pour pouvoir vous en servir. Il vous faudra beaucoup de patience pour apprendre le b.a.-ba du Net. Certains aspects du réseau sont assez peu conviviaux et difficiles à maîtriser. Mais il existe des systèmes d'accès simplifiés comme le World Wide Web - la toile d'araignée planétaire - qui sont en train de se développer.

    Qui contrôle Internet ?

    Le Net est tout le contraire d'un système centralisé, avec une hiérarchie bien définie et un seul patron à sa tête. Il règne sur Internet une sorte d'anarchie coopérative. Tout système qui soit prêt à se conformer aux protocoles d'Internet et à maintenir les liens avec le reste du réseau peut en faire partie.

    Certains liens dans le réseau sont sous le contrôle d'une autorité universitaire ou gouvernementale. Mais ce contrôle ne s'exerce que sur une partie restreinte du réseau. Des messages qui n'auraient pas le droit de traverser ces endroits sensibles du réseau peuvent généralement trouver un autre chemin vers leur destination.

    Comment puis-je faire pour adhérer, et à quel prix?

    Le moyen le plus simple serait de demander accès auprès de votre université ou de votre employeur. Il se pourrait que l'ordinateur sur votre bureau ait déjà un accès partiel au réseau. Dans ce cas-là, vous n'auriez rien à payer. Si vous avez un PC, vous aurez besoin d'un modem pour connecter votre ordinateur au réseau téléphonique, et de là à un hôte . Même certains bulletin boards (tableaux d'affichage) locaux peuvent donner un accès limité au réseau. De nombreux réseaux de bulletin boards font partie de FidoNet, un réseau planétaire qui a des gateways (portes d'accès) à Internet, et peut faciliter la transmission dans les deux sens du courrier électronique (ou e-mail). Ce genre d'accès est généralement gratuit ou peu cher. Pour avoir un accès plus complet, vous pouvez vous adresser aux sociétés spécialisées dans la vente des services on-line. Le prix, dans ce cas-là, est calculé en fonction du niveau d'accès que vous souhaitez avoir, c'est-à-dire le nombre des services qui vous intéressent. On peut également vous facturer en fonction du temps de connexion et le volume de trafic que vous générez. Mais certains fournisseurs vendent le service pour un tarif unique au mois, quelle que soit l'utilisation que vous en faites. Vous pouvez faire jouer la concurrence en vous renseignant sur les meilleurs prix proposés.

    A quel genre de services aurais-je accès?

    Le premier niveau, et également le plus utile de tous les services, c'est le courrier électronique (e-mail). C'est plus rapide que le courrier normal, et cela coûte moins cher que le fax ou le téléphone. Votre destinataire peut même copier votre envoi sur un logiciel de traitement de texte. Et vous pouvez également envoyer des images et des sons. Ensuite, il y a les "listings". Si vous trouvez sur le Net des gens avec les mêmes intérêts que vous, vous pouvez créer ensemble un mailing list (listing). C'est comme un club, et tous les messages que vous recevez arrivent simultanément chez tous les membres, qu'ils soient 10 ou 10.000.Il existe des milliers de ces listings, sur des sujets aussi divers que la cuisine, la physique et le roman Finnegan's Wake.

    Un des autres piliers d'Internet est le réseau Usenet News. Ce sont des milliers de discussions et de débats en cours, où chacun peut lire toutes les contributions. N'importe qui peut participer. Les sujets de discussion peuvent être savants, excentriques ou tout simplement ennuyeux. Les débats sont souvent ponctués par des "flame wars", des petites guerres où les uns attaquent les points de vue des autres, souvent à grand renfort de symboles représentant des flammes.

    Discussions et débats

    Parmi les services les plus avancés se trouvent Telnet (qui vous permet de vous brancher sur un ordinateur n'importe où dans le Net comme si vous étiez assis devant), FTP (file transfer protocol, un protocole qui vous permet d'échanger des fichiers avec un autre ordinateur), et d'autres services comme Gopher et WAIS qui recherchent des informations à l'intérieur du réseau. Mais l'attraction du moment, c'est sans aucun doute le World Wide Web, qui vous permet de vous promener dans le Net sans avoir à maîtriser son système de commandes compliquées en vous déplaçant grâce à une souris. Il vous suffirait de cliquer sur une page du Web à New York pour lancer une recherche bibliographique en Suisse, ou pour vous connecter à un hôte en Australie. Le trafic sur le Web - déjà le véhicule pour de nombreux nouveaux services commerciaux- est en train d'augmenter très rapidement.

    Puis-je entrer en contact avec des gens à l'étranger, et comment trouver la personne que je cherche?

    Bien entendu! L'échange de courriers avec des gens de l'autre côté de votre rue comme de l'autre côté de la planète est la raison d'être d'Internet.

    Le truc pour savoir si votre cousine à Caracas est connectée est de lui téléphoner et de lui poser la question de vive voix. A cause de la nature décontractée du Net, il n'y a pas l'équivalent du bottin téléphonique. On a essayé deux ou trois fois d'établir une sorte d'annuaire, mais sans vraiment y parvenir.

    Fiachra O'Marcaigh, The lrish Times

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc