×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Titre Eqdom: Pondération neutre selon CFG

Par L'Economiste | Edition N°:454 Le 02/03/1999 | Partager

Eqdom reste une société de crédit à la consommation à forte croissance. Elle s'accompagne par un taux de provisionnement bas. CFG estime la décote de 16% justifiée pour le titre Eqdom et recommande une pondération neutre.

"Une pondération neutre au titre Eqdom'' telle est la recommandation qui se dégage de l'étude menée par Casablanca Finance Group (CFG). L'argument avancé conjugue deux éléments essentiels: la tendance générale qui caractérise le crédit à la consommation et les perspectives de croissance d'Eqdom.
L'analyse de CFG anticipe pour 1998 et 1999 un ralentissement de la croissance des encours d'Eqdom. L'évolution devrait se stabiliser à +25% en moyenne entre 1997 et 1999. Elle s'élevait entre 1994 et 1997 à +35% pour tout le secteur du crédit à la consommation. La baisse prévisionnelle qu'accuseraient les encours d'Eqdom serait engendrée par deux facteurs.
En premier lieu, l'étude de CFG cite l'épuisement du gisement des fonctionnaires qui composaient en grande partie le portefeuille d'Eqdom. Le second facteur s'attache aux problèmes organisationnels que suppose une croissance prolongée à un rythme de 35% par an.
L'évolution du chiffre d'affaires subirait les effets de ce ralentissement des encours conjugué à la baisse des taux de sortie apparents. En effet, l'étude table sur une croissance plus faible des produits d'exploitation. La croissance prévisionnelle du chiffre d'affaires devrait se limiter à 24% entre 1997 et 1999. La tendance à la baisse des taux de sortie apparent a, entre 1994 et 1997, déjà eu un effet d'érosion sur le taux de marge d'Eqdom. Surtout que, pendant cette période, le secteur a vécu une augmentation du coût des ressources. Pour limiter cette érosion, Eqdom, plus que tout autre acteur, a eu recours à ses fonds propres. L'étude de CFG prévoit toutefois un recours à la dette pour financer les encours. A la base de cette projection se trouvent trois suppositions: le maintien du taux de distribution stable; le non-recours à une augmentation de capital en numéraire en 1999 et la constance de la part des financements gratuits. Concernant le comportement du titre Eqdom en bourse, CFG souligne que ce dernier a réalisé une "surperformance'' continue depuis juillet 1997. Avec un ratio de liquidité de 14,4%, Eqdom reste une des valeurs les plus liquides de son secteur.
Autres distinctions, le titre Eqdom a enregistré, au 2 février 1999, une décote de 3% par rapport au secteur et 16% par rapport au marché. Cette dernière est justifiée selon CFG. Celui-ci estime en outre qu'une décote de 15 à 20% est d'ailleurs caractéristique du crédit à la consommation.
De même, Eqdom a distribué le dividende le plus bas du secteur (20 DH par action). Le P/B (cours/valeur d'actif net par action), lui, reste "quasi-similaire'' à celui du secteur.

Khalid TRITKI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc