×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Société

    Terrorisme
    Houssaini en instruction

    Par L'Economiste | Edition N°:2489 Le 21/03/2007 | Partager

    . Le cerveau présumé du 11 mars à la Cour d’appel de Rabat . Il est notamment poursuivi pour association de malfaiteurs et financement du terrorisme SAÂD Houssaini, préparateur présumé des bombes qui ont explosé lors des attentats du 16 mai 2003, à Casablanca, a été présenté hier, 20 mars, au procureur général du Roi près la Cour d’appel de Rabat. Il a été notamment poursuivi pour association de malfaiteurs, préparation et financement d’actes terroristes. Sa présentation répond à un impératif de procédure puisque la période de garde à vue a été épuisée. A signaler que Houssaini a été arrêté dans la nuit du 6 au 7 mars. Fixée à 96 heures, la période de garde à vue en matière de terrorisme peut être renouvelable deux fois sur ordre écrit du procureur général du Roi près la Cour d’appel de Rabat (article 80 du code de procédure pénale), seule instance compétente pour traiter les affaires liées au terrorisme. Selon une source policière, «Houssaini n’a répondu à aucune des questions des agents de la Brigade nationale de police judiciaire concernant les attentats du 16 mai. Il a en revanche bien voulu parler de son périple qui l’a conduit de Meknes à l’Afghanistan en passant par l’Espagne et la Turquie». Arrêté quelques jours avant l’explosion de Sidi Moumen, Houssaini est soupçonné d’être le chef du bras armé du GICM (Groupement islamique des combattants marocains). «Il est également soupçonné d’être le relais des deux intégristes du cybercafé de Sidi Moumen», ajoute une source à la Cour d’appel de Rabat. Recherché depuis 2002, Houssaini n’est pas un nom inconnu des services de sécurité (Direction du terrorisme au sein de la DST, BNPJ et Gendarmerie royale). Né en 1963 dans la localité d’Aïn Meâza, près de Meknès, il quitte sa ville natale après avoir décroché une licence en Chimie à l’Université Moulay Ismail. Il s’installe à Barcelone pour y terminer ses études, mais abandonne en cours de route. Q’est-ce qui s’est passé à Barcelone pour que Houssaini bascule dans le monde de l’intégrisme? En tout cas, en 2000, Houssaini quitte l’Espagne et ses études pour voyager en Afghanistan (en passant par la Turquie et le Pakistan). Sur place, il intègre un camp d’entraînements pour Moujahidines et devient un professeur de mathématiques et physique-chimie pour certains d’entre eux. Après les attentats du 11 septembre, Houssaini rentre au Maroc. Il s’installe avec sa petite famille dans sa localité natale, jusqu’à ce que les services de sécurité lancent un mandat d’arrêt national à son encontre. Sa cavale a duré plus de 4 ans.Naoufal BELGHAZI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc