×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Terrorisme: Les Européens sur le pied de guerre

Par L'Economiste | Edition N°:1728 Le 18/03/2004 | Partager

. Nécessité d'une remobilisation urgenteLes pays d'Europe et en particulier la Grande-Bretagne et la France prenaient très au sérieux la menace de nouveaux attentats islamistes, et tentaient de réunir leurs forces pour trouver une issue. A Londres, le chef de la police britannique John Stevens a estimé “inévitable” une attaque terroriste contre Londres, et le maire de la capitale Ken Livingstone a déclaré qu'il serait “miraculeux” que sa ville y échappe. A Paris, le président français Jacques Chirac déclarait, lui, que la France “n'est pas à l'abri d'actes terroristes”. Le parquet de Paris a ouvert une enquête après des menaces d'attentat contre la France et les intérêts français à l'étranger adressées au gouvernement français, par l'intermédiaire de deux quotidiens, dans une lettre au nom d'un groupe inconnu, “Les serviteurs d'Allah le Puissant et le Sage”. Le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a déclaré qu'il fallait prendre les menaces terroristes “au sérieux, mais surtout qu'il n'y ait pas de panique”. La lettre exige le retrait immédiat de la loi interdisant le voile islamique à l'école. Sinon, “nous y répondrons durement et avec une intensité inouïe dans votre pays depuis les actes (attentats) de 1995”, menace le texte. Alors que tous les indices concordent sur une implication d'Al Qaida dans le carnage qui a endeuillé l'Espagne, faisant 201 morts, Jacques Chirac et le chancelier allemand Gerhard Schroeder ont plaidé ensemble à Paris pour un renforcement de la coopération européenne et transatlantique contre le terrorisme. Après la tuerie de Madrid, les Européens admettent la nécessité d'une remobilisation urgente et reconnaissent les insuffisances des mesures prises après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Deux réunions extraordinaires ont été convoquées: les ministres de l'Intérieur de l'Union européenne se retrouveront ce vendredi 19 mars à Bruxelles et les responsables des principaux services antiterroristes de l'UE “dans les prochains jours” à Madrid. Le Premier ministre irlandais Bertie Ahern, qui préside l'UE, a annoncé qu'il proposerait une dizaine de mesures antiterroristes concrètes au Sommet européen de Bruxelles les 25 et 26 mars. Le président de la Commission européenne Romano Prodi avait réclamé un plan d'action “véritablement concret”.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc