×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Affaires

Tanger: Les promoteurs craignent une pénurie de sable

Par L'Economiste | Edition N°:2238 Le 21/03/2006 | Partager

. Le secteur de la construction risque l’arrêt, selon la Fédération des BTP. Les prix grimpent, atteignant 300 DH le m3 LA guerre du sable continue de faire des ravages à Tanger. Ce qui semblait être un simple problème d’approvisionnement risque de se métamorphoser en une crise sans précédent pour le secteur. Les risques d’une inertie totale du bâtiment dans la région sont bel et bien réels. «Déjà, près de 70% des chantiers de la ville sont à l’arrêt et si le problème ne trouve pas solution dans les jours qui viennent, la situation va empirer», indique Othman Mernissi, président de la Fédération régionale du bâtiment et travaux publics de la région nord. Rappelons que la crise du sable a démarré en février dernier lorsque des camionneurs ont protesté contre la non-délivrance d’autorisations pour l’exploitation des carrières marines de sable de Houara. Ces dernières étant, selon le ministère de l’Equipement, complètement ravagées. La solution passe, toujours selon l’autorité de tutelle, par le basculement de la filière vers le sable de carrière. Mais pour la Fédération des BTP, ce matériau n’est pas encore suffisamment disponible sur le marché. La capacité maximale de production des carrières de la région ne dépasse pas les 2.000 tonnes par jour, alors qu’il faudrait au moins 5.500 tonnes quotidiennes. «De plus, la plupart des carrières, pour augmenter leur production, devront s’équiper en matériel pour produire du sable, alors qu’elles sont actuellement plutôt tournées vers la gravette. Ce qui risque de prendre quelques mois de plus avant que la production ne décolle», ajoute Mernissi.Entre-temps, il serait question de se fournir en sable dans les dunes de Larache, un énorme réservoir de sable. Mais les camionneurs ne l’entendent pas de cette oreille. «Les rares cargaisons de sable qui s’y approvisionnent voient leur retour barré par des bandes organisées qui veulent s’accaparer la production», affirme le président de la Fédération. Du coup, la valeur des grains de silice a augmenté en flèche en raison de la spéculation. Ainsi, à Tanger, le m3 a vu son prix multiplié par dix pour atteindre les 300 dirhams. A Larache, vu la demande, il a dépassé le cap des 170 DH. Une hausse qu’il faut également imputer à l’augmentation du prix du combustible, actuellement à son plus haut niveau. Selon de nombreux promoteurs, la solution du problème passe par la mise en place d’une concertation incluant opérateurs, transporteurs et surtout autorité de tutelle afin d’assurer la fourniture du secteur en sable.De notre correspondant,Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc