×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Spécial Marrakech
Le boom de l’immobilier

Par L'Economiste | Edition N°:1783 Le 04/06/2004 | Partager

. Mais attention à l’anarchie esthétique. Les prix flambent face à une demande de plus en plus importanteJamais Marrakech n’a eu autant de succès dans l’immobilier, qui a tiré et de loin les autres activités dans la cité ocre. Mieux, cette frénésie a touché également les chantiers en suspens pendant des années, qui ont repris leurs travaux. Le redécollage touristique, le phénomène de mode qu’a connu la ville notamment auprès des étrangers après une médiatisation agressive (ce phénomène touche aussi les nationaux casablancais qui ont désormais un pied-à-terre dans la ville…). Beaucoup d’explications à cette demande croissante et ce regain d’intérêt auprès des promoteurs. Partout, des chantiers s’ouvrent dans le périmètre urbain, à tel point que l’on s’interroge aujourd’hui sur le devenir de la ville. Sur le plan touristique, comme l’indique un TO, la ville ne doit pas aller vers une forte concentration au risque de la tuer. Même son de cloche auprès du maire de la ville, Omar Jazouli, pour qui le périmètre urbain ne doit plus s’agrandir. Le schéma d’urbanisation de la ville a opté pour un plan évolutif. En d’autres termes, au lieu de règles fixes, il évolue selon les situations. Officiellement, les commissions veillent à ce que les dérogations soient bien étudiées, généralisées et surtout respectant un plan global de la ville. Cela n’a pas empêché une certaine négligence tant au niveau des façades extérieures jugées inesthétiques, mais à moindre mal par rapport à d’autres villes, estime Jazouli. Premiers pointés du doigt, les promoteurs immobiliers. Du reste, quelques erreurs de jugement font aujourd’hui que certains quartiers sont transformés, du moins dans les textes, en zones immeubles, à l’instar d’une partie de l’hivernage. C’est ce qui fait que certains s’insurgent contre ce développement galopant de l’immobilier. “S’il a fallu forcer le destin à travers les autorisations, ce qui a eu des résultats magnifiques pour la ville, il faudra aujourd’hui peaufiner l’équilibre urbanistique”, fait remarquer Mustapha Belkahia, promoteur et aussi président de la section Marrakech de la CGEM. Côté prix, ils flambent face à une demande aussi forte, que ce soit pour le terrain nu ou encore le construit. Les spéculations ont été telles que dans des quartiers périphériques les prix ont atteint les 7.000 DH/m2. Dans ceux dits moyens, ils sont à 10.000 DH/m2 pour les appartements. “D’ailleurs, dans des quartiers comme la Palmeraie, le prix mécanique est jugé déraisonnable, indique Belkahia, et en ville, plusieurs milliers d’appartements sont encore invendus”. L’on s’attend donc à une régularisation automatique du marché. En attendant, les autorités se disent conscientes de ce phénomène de spéculation qui touche la ville. “C’est pour cela que sont encouragés les logements sociaux pour contrer en quelque sorte le phénomène et ne pas marginaliser les habitants locaux”. Une mesure certes louable mais qui demande néanmoins un assainissement de certains établissements publics chez qui les lots sont curieusement tous vendus et ce, 4 heures après leur mise en vente…Pour le maire de la ville, le périmètre urbain ne doit plus s’agrandirBadra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc