Affaires

Sodea-Sogeta: Jettou valide le plan de restructuration

Par L'Economiste | Edition N°:1526 Le 27/05/2003 | Partager

. La Sodea sera tournée vers la promotion du partenariat agricole. 6.619 ha de terrains urbains et périurbains appartenant aux deux entreprises seront cédés au privé pour l'habitat social. La Sogeta se spécialisera dans la production des semences sélectionnées et plants certifiésAprès la BNDE, Driss Jettou passe à la Sodea et la Sogeta. Il a fallu une bonne dose de courage au Premier ministre pour s'attaquer à ces entreprises publiques délabrées. Leur déficit était très important avec une facture pour l'Etat d'environ 800.000 à 1 million de DH par jour. Leur passif s'élève à 2,38 milliards de DH, dont 1,189 milliard de dettes bancaires. La dette des organismes sociaux est évaluée à 479,3 millions de DH. Pour redresser la situation, deux contrats de restructuration ont donc été signés hier. Les documents ont été paraphés par Fathallah Oualalou, ministre des Finances et de la Privatisation, et Mohand Laenser, en charge de l'Agriculture et du Développement rural. Le gouvernement a donc validé le sauvetage pour la période 2003-2006. Maintenant reste sa mise en oeuvre. Pour veiller au bon déroulement de tout ce processus, un comité de suivi, présidé par le Premier ministre, est mis en place. Ainsi, l'Etat se désengage de la production agricole. Jettou a été clair: «Il est inconcevable que l'Etat puisse continuer à jouer le rôle de producteur agricole«. Rappelons que ces deux entreprises gèrent 124.000 ha des meilleures terres agricoles du pays.La Sodea aura à participer activement dans la promotion et le développement du partenariat agricole via la location de longue durée des terres aux investisseurs privés. Cette superficie permettra de développer plusieurs filières comme la viticulture, l'agrumiculture, l'oléiculture, les rosacées, le maraîchage et l'élevage laitier. Désormais, la Sogeta se désengagera de l'activité cheptel pour se concentrer sur deux missions. La première porte sur la sécurisation de la production des semences sélectionnées avec notamment 300.000 quintaux de céréales, 25.000 qx de légumineuses, 6.000 qx de tournesol et 5.000 tonnes de pomme de terre. La deuxième mission concerne la production et la commercialisation de 1,5 million de plants certifiés dans différentes espèces fruitières. L'objectif est d'accompagner le développement des plants nationaux dans différentes filières.La restructuration s'étend également aux 6.619 ha de terrains urbains et périurbains. Ce patrimoine des deux entreprises sera cédé au privé pour la promotion de l'habitat social, le tourisme et la réalisation de zones d'activités économiques. La CDG s'est engagée à acquérir 1.317 ha pour un montant global de 760 millions de DH. Cette superficie servira à réaliser des projets immobiliers via sa filière la CGI. Le produit de ces ventes servira à prendre en charge le coût du plan social, sans recourir aux ressources du Trésor. Ce plan, dont les négociations sont en cours, nécessite la mobilisation de 486 millions de DH, dont 444 millions à débourser avant septembre prochain. Ces entreprises emploient 5.700 personnes permanentes.Selon les premières estimations, les besoins de financement de la Sodea et la Sogeta sont de l'ordre de 2,074 milliards de DH pour la période 2003-2013. Avant le 30 septembre de cette année, 1,252 milliard de DH sont nécessaires pour financer les mesures prioritaires. A cela s'ajoutent 507 millions de DH pour les trois années des contrats de restructuration (octobre 2003-2006). Pour la période allant de 2006 à 2013, à peine 315 millions seront nécessaires.Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc