×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Salon du Bourget: Pas de grosses commandes en vue

Par L'Economiste | Edition N°:3047 Le 16/06/2009 | Partager

. Ambiance morose: effets de la crise et crash de l’A330. Les sondes «Pitot» d’Airbus remplacées Les deux géants Boeing et Airbus se sont lancés dans une course effrénée à l’ouverture du salon aéronautique du Bourget. Ce dernier s’annonce sombre par les effets de la crise, qui a frappé le secteur de plein fouet, et par le dernier crash de l’A330 qui met le constructeur européen sous pression. Les deux rivaux devraient annoncer peu de commandes lors de ce salon, qui se tient tous les deux ans dans la banlieue de Paris et fête son centenaire. Qatar Airways a annoncé, à l’ouverture du salon, avoir passé une commande ferme de 24 avions moyen-courrier de la famille des A320 à Airbus.Le montant de cette commande n’a, pour l’instant, pas été précisé. Selon les prix du catalogue de l’avionneur, cette commande aurait un montant maximum de moins de deux milliards de dollars. Toutefois, le contexte reste très morose: l’Association internationale du transport aérien (IATA) prévoit une baisse de 8% du nombre de passagers cette année, faisant perdre 9 milliards de dollars aux compagnies aériennes, un coup encore plus dure que celui porté par les attentats du 11 septembre. Le dirigeant de la branche commerciale de l’avionneur américain Boeing, Scott Carson, a cependant espéré une reprise de l’industrie aéronautique l’an prochain.«Il n’y a pas de certitude, mais nous avons l’impression qu’il y a des raisons d’espérer un début de reprise l’an prochain», a-t-il dit, fondant notamment ses impressions sur l’assemblée générale de l’IATA qui a eu lieu début juin en Malaisie. Il a ajouté «avoir l’impression que l’on avait touché le fond» en termes de recul du trafic dans le fret et dans celui international de passagers.Pour sa part, le président exécutif d’EADS, Louis Gallois, a estimé que le salon du Bourget permettrait à sa filiale Airbus «de mieux comprendre où on en est dans la crise». «Nous allons avoir l’opportunité de rencontrer beaucoup de monde pour évoquer la situation actuelle, et peut-être alors pourrons-nous mieux comprendre où on en est dans la crise», a-t-il déclaré. «nous comptons toujours livrer autant d’appareils en 2009 qu’en 2008. Pour 2010, nous n’y voyons pas encore assez clair», a-t-il dit avec scepticisme. Par ailleurs, l’accident de l’A330 d’Air France, qui a fait 228 morts le 1er juin, plombe également l’ambiance. La catastrophe est toujours inexpliquée, bien que les sondes de vitesse de l’avion aient été mises en cause. Air France a annoncé hier avoir remplacé la totalité de ses sondes «Pitot» sur ses avions long-courrier A330 et A340.B. A. I.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc