×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Risques d’attentats: L’Europe toujours en alerte

Par L'Economiste | Edition N°:3376 Le 05/10/2010 | Partager

. Le Japon, les USA mettent en garde leurs ressortissantsPrudents et vigilants, les Américains qui visitaient, hier lundi, les grands sites touristiques d’Europe affirmaient tout de même passer des moments «merveilleux». C’est clair, il y a la volonté de ne pas céder à la panique face à la menace d’attentats. En effet, les principaux pays européens ont maintenu, hier, leur dispositif d’alerte à un niveau élevé, dans un climat tendu après les mises en garde des Etats-Unis et du Japon adressées à leurs ressortissants. Le ministère nippon des Affaires étrangères a mis en garde ses citoyens voyageant ou établis en Europe contre de «possibles attaques terroristes», au lendemain d’une alerte similaire émise par les Etats-Unis. Tokyo imite ainsi Washington, qui a alerté les Américains de «risques potentiels d’attentats terroristes» en Europe, les appelant à la vigilance dans les lieux publics, après des informations de presse indiquant que des attentats avaient été déjoués. Les autorités japonaises ont appelé les Nippons à faire attention en Europe, notamment à proximité des cibles possibles d’attentats, comme les bâtiments publics, les transports en commun et les sites touristiques. Les services de renseignement occidentaux ont mis au jour des projets d’attentats liés à Al-Qaïda dans des grandes villes au Royaume-Uni, en France et en Allemagne, sur le modèle des attaques de Bombay qui avaient fait 166 morts en 2008, selon des informations diffusées par des médias anglo-saxons. Selon le département d’Etat américain, «les informations actuelles laissent penser qu’Al-Qaïda et des organisations affiliées continuent de préparer des attentats terroristes». Après cet appel à la vigilance de Washington, la plupart des pays européens étaient sur leur garde mais n’estimaient pas nécessaire de modifier leur dispositif d’alerte. Le ministre français de la Défense, Hervé Morin, a estimé dimanche dernier dans un entretien que «la menace terroriste» pouvait frapper la France «à tout moment». Plusieurs responsables de l’opposition ont évoqué ces derniers jours le risque d’«instrumentalisation» de la menace d’attentat par le gouvernement. En Italie, «il n’y a pas de signaux précis de risques ciblés» mais l’alerte «reste élevée», a déclaré le ministre de l’Intérieur Roberto Maroni. A Londres, le Foreign Office avait annoncé dimanche une révision de sa mise en garde aux Britanniques voyageant en France et en Allemagne, les avertissant d’une «forte menace terroriste», alors qu’elle était auparavant qualifiée de «normale».F. Z. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc