×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Restauration de manuscrits anciens

    Par L'Economiste | Edition N°:752 Le 21/04/2000 | Partager

    . Les manuscrits arabes de la Bibliothèque Générale de Rabat vont faire peau neuve grâce à un fonds allemand

    Comment arrêter le processus de dégradation des manuscrits et leur redonner l'essentiel de leur aspect initial? C'est la question à laquelle a tenté de répondre M. Abdulwahid Al Shami à l'Institut Goethe de Rabat vendredi dernier. Ce Yéménite de formation allemande occupe le poste de restaurateur expert de la bibliothèque d'Etat du Land de Basse-Saxe à Göttingen en Allemagne. Il est en visite au Maroc dans le cadre d'un projet de coopération maroco-allemande de restauration des manuscrits anciens de la Bibliothèque Générale de Rabat (BGAR). M. Al Shami séjournera au Maroc jusqu'à début juin pour assister une équipe de Marocains et lui permettre d'approfondir ses connaissances techniques en matière de restauration de livres. Ce spécialiste a d'ailleurs participé à des expériences similaires, notamment à Sana'a au Yémen et au Soudan.
    La bibliothèque de Göttingen, spécialiste entre autres des manuscrits arabes, est l'initiatrice de ce projet de coopération. Lancé en 1997 et sponsorisé par le Ministère allemand des Affaires Etrangères, ce programme est prévu pour cinq ans. Il permettra en définitive la préservation et l'inventaire de 12.000 volumes regroupant près de 30.000 manuscrits. Ce travail, bien avancé, requiert un important capital de connaissances. A titre d'exemple, la restauration d'une seule feuille (avant microfilmage) nécessite deux jours de travail!
    La BGAR pourra ainsi faire partager ses manuscrits dont l'importance et le rayonnement dépassent largement les frontières nationales en ouvrant son remarquable patrimoine à la communauté scientifique du monde entier. Le financement de ce projet-pilote est évalué à 600.000 Marks (3 millions de DH).

    Wissal SEGRAOUI

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc