×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Rencontre Sarkozy/dalaï lama: La Chine condamne

Par L'Economiste | Edition N°:2917 Le 08/12/2008 | Partager

. Elle la qualifie d’opportuniste, imprudente et peu perspicace Le président français Nicolas Sarkozy s’est entretenu avec le dalaï lama à Gdansk, en Pologne. La Chine a condamné cette rencontre, la qualifiant «d’approche opportuniste, imprudente et manquant de perspicacité» sur la question du Tibet. L’agence officielle Chine Nouvelle a qualifié, dimanche, de «peu judicieuse» cette démarche affirmant qu’elle allait miner les relations entre Paris et Pékin.«Le gouvernement et le peuple chinois... s’opposent fermement à tout contact d’un dirigeant étranger avec le dalaï lama sous quelque forme que ce soit», poursuit-elle. Rappelons que Sarkozy a profité d’un déplacement dans la cité hanséatique du nord de la Pologne, où se déroulait une cérémonie réunissant plusieurs Nobel de la Paix autour de Lech Walesa, ancien président polonais et dirigeant historique du syndicat Solidarnosc, pour discuter avec le leader tibétain, nobélisé en 1989. L’entretien qu’il a eu, en tête à tête, avec le dalaï lama, a duré environ une demi-heure et «s’est très bien passé», a-t-il ensuite confié à la presse. «Le dalaï lama m’a confirmé qu’il ne demandait pas l’indépendance du Tibet, et je lui ai dit combien j’attachais de l’importance à la poursuite de son dialogue avec les autorités chinoises», a déclaré Sarkozy. Toutefois, la rencontre a déclenché les foudres des autorités chinoises, particulièrement sensibles à la question du Tibet et de son leader spirituel. Pékin a en effet menacé de boycotter les produits français en Chine, et à la veille de la rencontre de Gdansk, les appels au boycottage se sont multipliés sur la toile chinoise. Mais Sarkozy relativise. La crise engendrée par cette rencontre avec le dalaï lama doit, selon lui, prendre «toute sa place dans la gouvernance mondiale».J. K.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc