×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Pétrole: L’AIE revoit à la baisse ses prévisions

Par L'Economiste | Edition N°:2917 Le 08/12/2008 | Partager

. L’Agence anticipe désormais une croissance annuelle de 1,2%L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a revu à la baisse ses prévisions de demande mondiale de produits pétroliers pour la période 2008 à 2013, anticipant désormais une croissance annuelle de 1,2%, selon un rapport publié le vendredi 5 décembre. La demande mondiale de produits pétroliers devrait passer de 86,2 millions de barils par jour (mbj) en 2008 à 91,3 mbj en 2013, soit une hausse de moyenne de 1 mbj par an, estime l’AIE. Par rapport à ses prévisions de juillet, l’Agence a ainsi revu en baisse de 700.000 barils par jour la demande mondiale en 2008, de 1,4 mbj pour 2009 et de 2,9 mbj pour 2013. En juillet, l’AIE estimait que la demande devait progresser au rythme de 1,6% en moyenne, passant de 86,9 millions de barils par jour (mbj) en 2008 à 94,1 mbj en 2013. Selon les nouvelles prévisions de l’AIE, la demande mondiale va reculer de 0,4% par an (-0,2 mbj/an) dans les pays membres de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), du fait du ralentissement de la croissance économique et de la crise du crédit. Dans les pays non membres de l’OCDE, elle devrait au contraire progresser de 3% par an (+1,2 mbj). L’AIE affirme aussi avoir revu à la baisse ses perspectives de capacité de production de pétrole et de raffinage, mais de manière bien moins importante que pour la demande. «Même s’il y a des signes de réduction des nouveaux projets d’investissement à moyen terme en raison du nouvel environnement de marché, les détails des budgets d’investissement et des ajustements de calendriers restent vagues», précise l’AIE. A noter que les cours du baril de Brent sont tombés vendredi dernier sous 41 dollars à Londres et sous 43 dollars à New York, leurs niveaux les plus bas depuis début janvier 2005. F. Z. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc