×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Eco-Consom

    "Cellulitegate"

    Par L'Economiste | Edition N°:231 Le 23/05/1996 | Partager

    Au royaume des vaches folles, la cellulite de Lady Di fait un effet buf. Eh oui, la peau d'orange de la princesse de Galles est devenue l'objet d'un débat national. Diana a d'abord affirmé que les méchantes boursouflures de ses cuisses avaient été laissées par un tabouret sur lequel elle s'était assise, peu après sa séance de gym. Elle s'est ensuite rappelée que ces marques provenaient du siège de sa nouvelle BMW. Un véritable "cellulitegate", tel que baptisé par les médias britanniques, a déferlé sur le pays. Plusieurs lignes téléphoniques ont été ouvertes pour recueillir l'avis des lecteurs sur la question "est-ce le tabouret ou du lard?". Peut-être que Diana a subi une liposuccion. La princesse trouve, dans tous les cas, sa peau d'orange très amère.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc