×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Publicitaire, pollueur de l'univers!?

Par L'Economiste | Edition N°:917 Le 15/12/2000 | Partager

. 99 francs est le dernier roman de Frédéric Beigbeder où il décrit «le monde merveilleux de la communication moderne« . Féroce, très drôle et avec parfois une totale mauvaise foi, ce livre a eu un énorme succès . Beigbeder a lui-même travaillé pendant dix ans dans une agence de communicationOctave est un créatif, un publicitaire dans la filiale française du premier groupe de publicité au monde, la R&W. Un excellent concepteur-rédacteur, un professionnel, le meilleur. Il fait «ce métier qui consiste à vous mentir et on le récompense grassement«: 13.000 Euros par mois (sans compter les notes de frais, la voiture de fonction et les stock-options). La devise du personnage de Beigbeder est: «je dépense donc je suis«. Sa cible, c'est vous, écrit l'auteur. Pour créer des besoins, tout est permis dans son métier: «Il interrompt vos films à la télé pour vous imposer ses logos, il rabâche ses slogans dans vos magazines favoris, il placarde ses affiches dans chaque coin de rue«. Dans le livre, comme dans la vie, Octave est partout. Personne ne peut lui échapper. Il «éprouve un immense plaisir à pénétrer votre cerveau. Votre désir ne vous appartient plus: il vous impose le sien«. Rien ne résiste à la publicité, écrit Beigbeder, publicitaire lui-même et qui semble nourrir une solide haine vis-à-vis de ce métier. Celui-ci contrôle tout. C'est lui qui choisit le Président des Etats-Unis et Miss Monde. Il vous torture. Pour réduire l'humanité à l'esclavage, il a choisi le profil bas, la souplesse, la persuasion. Ce fascisme publicitaire a retenu la leçon des ratages précédents! (nazisme, chute du mur de Berlin). Frédéric Beigbeder n'y va pas avec le dos de la cuillère!Pour faire bonne mesure, son personnage est une loque. Bien qu'il soit couvert d'argent et de belles filles, Octave est un drogué. Un héroïnoman de première. Il ne prend plus rien au sérieux. Il n'en peut plus. Il en a marre d'être le maître de l'univers et de conditionner le moindre de vos gestes. Il vous méprise car vous tombez dans ses pièges. Vous ne réagissez même pas. Vous n'êtes que de «minables esclaves« soumis à ses moindres caprices. Vous savez, chez Procter, il y a un dicton qui dit: «Ne prenez pas les gens pour des cons, mais n'oubliez jamais qu'ils le sont«. La pub régente tout. Elle finance la télévision, dicte la presse écrite, modèle la société, influence la sexualité et règne sur le sport (ce n'est pas la France qui a battu le Brésil en finale de la Coupe du Monde, mais Adidas qui a battu Nike). Un chiffre? Les investissements publicitaires des annonceurs en 1998 dans le monde ont atteint les 351 milliards d'Euros. «A ce prix-là, tout est à vendre, surtout votre âme«, certifie Octave. Un autre chiffre? Entre la naissance et l'âge de 18 ans, une personne est exposée en moyenne à 350.000 publicités.Octave veut être viré de l'agence. Il a donc décidé d'écrire un livre. A 99 F. Il veut révéler ce que personne ne soupçonne. Tous les secrets de la mafia de la pub. «Il faut changer les choses de l'intérieur«, assure-t-il. Il se qualifie comme étant «le grain de sable dans l'engrenage, le rebelle dans le ventre encore fécond de la bête«. Il est redevenu humain. Il veut sauver son âme.Attention! Il n'est pas en train de faire une autocritique, ni une psychanalyse publique. Il tient à ce qu'on se souvienne qu'il a tenté de résister. Résister à l'invasion des marques, à l'hégémonie des firmes multinationales et à la collaboration de ces hypocrites d'agences de communication. «Au moment du Jugement Dernier, quand on arrêtera tous les publicitaires pour leur demander des comptes, Octave ne pourra être tenu que pour partiellement responsable«. Octave est en guerre. C'est la Troisième Guerre mondiale. Pourquoi les Américains contrôlent-ils le monde? Parce qu'ils contrôlent la communication. Dans son livre, Octave nous raconte les coulisses du métier de créateur dans une agence de pub. En voici quelques règles:1) La première idée est la meilleure mais il faut toujours exiger trois semaines de délai avant de la présenter.2) Toujours arriver en retard aux réunions. Un créatif à l'heure n'est pas crédible.3) Dans une agence de pub, la différence entre un senior et un junior, c'est que le senior est mieux payé et travaille moins.4) Autre moyen de reconnaître un junior d'un senior: le junior dit des blagues drôles qui ne font rire personne, alors que le senior sort des vannes pas drôles qui font rire tout le monde.Les créatifs sont sans scrupules. Ils n'ont de respect pour rien. Un jour, le directeur artistique de R&W courait dans les couloirs de l'agence en criant: «On a le sida!« Ce n'est pas du virus dont il parlait, mais du budget du Ministère de la Santé pour la sensibilisation contre cette maladie.Octave va s'en donner à coeur joie. Il va tout déballer. Vous serez surpris de savoir, par exemple, que dans le domaine de la pub, le mot «bonheur« appartient à Nestlé et qu'aucune autre société ne peut l'utiliser, qu'il existe des machines à laver incassables qu'aucun fabricant ne veut lancer sur le marché. Ou également qu'un type a inventé un bas qui ne file pas, mais qu'une grande marque de collants lui a racheté le brevet pour le détruire, que le pneu increvable reste également dans les tiroirs (et ceci au prix de milliers d'accidents mortels par année), que le lobby pétrolier fait tout ce qui est en son pouvoir pour retarder la généralisation de la voiture électrique (augmentant la température de la terre ou l'«effet de serre« responsable de plusieurs catastrophes naturelles), que le dentifrice est un produit inutile puisque tout le soin dentaire réside dans le brossage (consultez votre dentiste), que les liquides-vaisselle sont interchangeables car c'est la machine qui effectue tout le lavage, que la formule des crèmes solaires est restée inchangée depuis la Seconde Guerre mondiale (ces produits ne protègent que des UVB, mais pas encore des UVA) et la liste est longue.Bientôt, les Etats disparaîtront pour laisser la place aux marques. Nous ne serons plus les citoyens d'une nation mais d'une firme. On vivra en Microsoftie ou Macdonaldland, on sera Nestléiens ou Cocacolais. La suprématie des sociétés et de leurs patrons n'est plus à démontrer. En 1998, Vivendi dépensait 3 milliards de FF en publicité, L'Oréal 1,8 milliard et Nestlé 1,5 milliard. Barbie vend deux poupées par seconde sur terre, Coca-Cola un million de canettes par heure dans le monde. En même temps, il y a 2,8 milliards d'habitants de la planète qui vivent avec moins de 2 $ par jour et 50% de la population de la terre sans électricité.Nous dirigeons-nous vers la fin du monde? En tout cas, le budget mondial des dépenses militaires dépasse 4.000 milliards de dollars, soit deux fois le montant de la dette extérieure des pays en voie de développement… et ne font pas l'objet de publicité!


Parcours

Ecrivain, journaliste, ex-publicitaire et critique littéraire.Chroniqueur littéraire sur Paris Première depuis 1997, Frédéric Beigbeder anime tous les soirs aux côtés du présentateur Thierry Ardisson l'émission «Rive Droite Rive Gauche« sur Paris Première. Jeune homme aux multiples activités, Frédéric Beigbeder a écrit cinq romans dont trois chez Grasset: Mémoire d'un jeune homme dérangé, la Table Ronde, 1990; Vacances dans le coma, Grasset, 1994 et le Livre de Poche, 1995; L'amour dure trois ans, Grasset, 1997 et Folio (à paraître en 2001); Nouvelles sous ecstasy, Gallimard, 1999 et Folio 2000; Barbie, Assouline, 1999; 99 francs, Grasset, 2000.Depuis 1993, il rédige des critiques littéraires pour des revues aussi variées que Globe Hebdo (1993-94), Elle (1995-96), Paris Match (1997), Voici (depuis 1997) mais aussi Le Figaro Littéraire, Lire et Technikart. Il participe également tous les mois au «Masque et la Plume«, émission littéraire sur France Inter.Enfin, il revendique quatre hobbies : l'alcoolisme mondain, l'adultère bourgeois, la lecture solitaire et les conversations superficielles!Beigbeder est l'auteur du fameux slogan publicitaire des soutiens-gorge Wonderbra: «Regardez-moi dans les yeux, j'ai dit les yeux«. A. E. H.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc