×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Mi-temps, le roman ratéFilm indienPar Anouar Zyne

Par L'Economiste | Edition N°:917 Le 15/12/2000 | Partager

. Résumé du cinquième épisodeHind, ma voisine que j'ai rencontrée chez un marabout, est venue me voir chez moi. Elle me fait des confidences car, croit-elle, je suis un grand qui peut conseiller les autres... Elle parle:«Je disais donc que mon fiancé me trompe«. Et elle commença à raconter une histoire que j'avais déjà vue à la télé. C'était un feuilleton égyptien. En fait, elle ne faisait que confirmer une idée que je m'étais faite, juste avant de devenir grand! Je vis dans un temps où parmi les jeunes, la règle suprême était qu'il appartenait aux femmes d'être viriles et aux hommes d'être beaux! Ce n'est qu'en s'apercevant que le garçon qui l'aime est en train de la quitter pour une autre qu'une fille veut tenter l'impossible pour le retenir. Elle peut aller jusqu'à prétendre l'aimer. Les relations se font et se défont à une vitesse vertigineuse: le début d'une relation amoureuse annonce déjà sa fin. L'envie, toute l'envie et rien que l'envie, c'est ce qui régit ces relations. Chaque fille dévoile deux faces: la pute et la princesse. Les garçons sont pour la plupart des machos. Ainsi, les histoires d'amour se résument beaucoup plus à un combat, à des rivalités qu'à un concours d'amour et de fidélité. On peut se déclarer gagnant rien que parce que c'est l'autre qui prend l'initiative d'appeler au téléphone ou qu'il accepte sans contestation aucune le lieu de rendez-vous imposé! C'est un jeu où chacun est perdant en croyant être le gagnant. La règle principale en est le mensonge: celui qui sait bien mentir finit toujours par gagner. Mais dans des circonstances pareilles, le meilleur choix est souvent la vérité! Chose qu'on ignore. Le temps des poètes est révolu, il n'y a plus place pour l'honnêteté et la gloire revient tout simplement aux salopards. - Alors, que dois-je faire?- Ce que la sainte t'a dit de faire, mais tout en continuant tes études!- La sainte m'a donné des trucs à lui faire boire, mais j'ai peur pour lui.- Tu couches avec lui, vous faites l'amour?- Ca ne va pas, jamais avant le mariage!- Alors, fais-lui une fellation. Il ne te trompera plus.Elle était vexée; elle ne m'a plus adressé la parole. Mais depuis ce jour, je vois son petit ami l'attendre chaque soir au coin de la rue obscure...Ma mère entre dans ma chambre, me regarde; elle sait que je ne vais pas bien, que je suis en train de rêvasser. Ses yeux se remplissent de larmes, puis elle ressort. Depuis des années, la santé de ma mère avait pris pour fâcheuse habitude de se détériorer avec la chute des feuilles d'arbres. Elle est malade depuis dix ans. Elle ne s'est jamais rétablie, mais elle n'en est pas morte. Ma mère est une femme forte. Elle est attentionnée, exigeante et perfectionniste. Sans elle, Zhour m'aurait fait manger des pattes de poulet rôties et m'aurait épousé. Ma mère me protégeait. Le plus étonnant chez elle, c'est son ouverture... lorsque nous étions à Paris.. Avant… les papiers pour aller à ParisPour partir en France, il fallait un visa. Pour avoir un visa, il fallait mon frère, pour avoir mon frère, il lui fallait un certificat de célibat… Voilà, ça commence ici. Mon frère, un 'celui qui' comme moi, refusait catégoriquement toute forme d'illégalité. Normal, il était juriste de formation, journaliste de profession et un citoyen modèle. Il voulait venir à bout de toutes les pratiques malsaines dans notre société. Seulement, le moqadem, ce simple auxiliaire de l'Administration qui détient un pouvoir aussi grand que celui d'un ministre, veut de l'argent pour délivrer à mon frère un certificat de célibat. Entre les deux, j'interviens. Je suis donc parti voir M. Kadour, le moqadem de notre quartier.. Demain, Corruption. Les personnages ainsi que les événements de cette nouvelle sont fictifs. Toute personne qui s'identifierait à l'un d'entre eux ferait fausse route.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc