×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Poulpe: La profession divisée

Par L'Economiste | Edition N°:1761 Le 05/05/2004 | Partager

. Les opérateurs de la pêche côtière rejettent le plan d’aménagement et passent à l’offensive Apparemment, le secteur de la pêche maritime est sous tension. Alors que ministère de tutelle et professionnels se réjouissent d’avoir enfin trouvé une issue valable à la crise du poulpe, les opérateurs de la pêche côtière montent au créneau. Ils rejettent certaines dispositions du plan d’aménagement de la pêcherie poulpière du 12 avril. Particulièrement leur part du quota global fixé par le ministère qu’ils estiment trop maigre pour le volume qu’ils représentent. Rappelons que cette part est de 2.200 tonnes sur 20.000. Mohamed Bachir Jbari, vice-président de la Fédération nationale de la pêche côtière au Maroc, regrette que “le segment côtier qui compte 3.500 unités, ne bénéficie que de 11% du quota”. Autre pomme de discorde, le nombre d’unités autorisées à sortir en mer le 15 mai, date de la reprise de la pêche des céphalopodes. Le plan a fixé ce nombre à 100 unités. Chose qu’a contestée la fédération lors d’un point de presse, tenu la semaine dernière à Casablanca. Elle compte en guise de réaction, “mobiliser l’ensemble des unités d’Agadir, Tan Tan et Laâyoune, pour sortir en nombre dans la zone située entre Laâyoune et Boujdour”. Ainsi, la Fédération s’inscrit sciemment en porte-à-faux avec un plan qu’elle estime “entériné sans leur participation”. Telle n’est pas la version de Taïeb Rhafès, ministre de la Pêche, qui a déclaré avoir adopté le plan d’aménagement en concertation avec les différents segments. “Le segment côtier aurait été représenté par les responsables de la pêche hauturière. Ce que nous démentons. Nous n’avions pas été invités à la dernière réunion”, souligne Jbari. Celle-là même considérée comme la plus importante et qui a donné lieu à la formulation des dispositions du plan. “Nous ne sommes pas d’accord avec le ministre”, a tonné Abderrahim Laabidi, secrétaire général de la Fédération, selon qui le plan a été confectionné sur mesure pour le segment hauturier. Plus clairement, ajoute Jbari, “des lobbies émanant de la pêche hauturière ont dicté leurs exigences au ministre”. En tout cas, la tension monte à l’orée de la reprise de la pêche poulpière après plus de 8 mois de repos et de négociations.M.Bk.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc