×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Poids lourds

    Par L'Economiste | Edition N°:70 Le 11/03/1993 | Partager

    En janvier 1993, les transactions portant sur les camions, autobus et autocars montés localement ont poursuivi leur baisse. Cette tendance, entamée depuis le second semestre de l'année précédente, confirme le déclin du marché du poids lourd.
    D'après les dernières statistiques du Groupement Professionnel du Poids Lourd et de la Carrosserie (GPLC), les ventes de camions ont reculé de 17,8% à 295 unités comparativement à janvier 1992, mois au cours duquel les ventes avaient enregistré un bond de 30% par rapport à janvier 1991.
    L'observation des transactions effectuées en janvier dernier permet de relever la prépondérance des marques japonaises Mitsubishi et Isuzu, dont les parts de marché respectives atteignent 45,4 et 28,8%, soit 74,2% au total. Un an plus tôt, ces deux marques se partageaient 69,3% du marché des camions.
    Avec 39 ventes et une part de marché de 13,2%, Renault-Véhicules Industriels (RVI) arrive en troisième position suivi de Volvo (11,5%) et de Bedford (1%).

    Le 14 tonnes à la hausse

    Mis à part les camions de 14 tonnes dont l'évolution s'est avérée positive (+80% à 9 unités) et les camions de 19 à 26 tonnes qui se sont stabilisés à leur niveau de 1992 (17 unités), toutes les autres lignes (3,5 à 7,9t, 8t, 14t et 38t) ont subi la baisse.
    Celle-ci est plus accentuée pour les camions de 3,5 à 7,9 tonnes, dont les ventes ont chuté de 47,9% à 50 unités. Aucune marque présente sur ce segment du marché n'a échappé à cette chute. Pour Mitsubishi comme pour RVI et Isuzu, les ventes se sont en effet inscrites en baisse. Mitsubishi, qui détient 78% du marché, a vu cette vente plonger de 81 unités en 1992 à 39 en 1993, en fléchissement de 51,8%. Avec des parts de marché de 8 et 14% respectivement, les ventes de Renault et d'Isuzu ont régressé de 20 et 30%.
    Après un recul de 36,3% en janvier 1992 par rapport au même mois de l'année 1991, la baisse des ventes de camions de 38 tonnes s'est réduite, passant à -26,2% ou 31 unités. Ce segment est partagé entre Volvo (70,9%), Mitsubishi (16,1%) et Renault (13%).
    Concernant les camions de 8 tonnes enfin, les transactions ont diminué de 5,5% à 188 unités. Ce marché fortement concurrentiel est contrôlé en majeure partie par Mitsubishi et Isuzu (85,1%). Le reste revient à Renault (13,3%) et à Bedford (1,6%).

    Détérioration de l'autocar

    Pour ce qui est des autobus et autocars, les ventes ont porté sur 21 unités contre 46 un an plus tôt, soit une détérioration de 54,3%.
    Sur ce marché, la marque Renault occupe la première position (52,4%); elle est immédiatement suivie par DAF (33,3%) et Volvo (14,3%).
    S'agissant des autocars de tourisme, les trois ventes enregistrées en janvier correspondent toutes à des autocars de plus de 25 places. En baisse de 50% par rapport à janvier 1992, ces ventes ont porté uniquement sur les marques Volvo et DAF qui, du coup, se sont partagé 66,7 et 33,3% du marché respectivement.
    Les ventes d'autocars de transport public se sont chiffrées, quant à elles, à 14 unités dont une (Renault) pour les moins de 40 places et 13 pour les plus de 40 places. Concernant ces derniers, Renault et DAF se partagent la même part de marché, soit 46,1%. Le reste étant contrôlé par Volvo.
    Les ventes d'autobus, enfin, ont chuté de 80% à 4 unités. Pour l'ensemble, il s'agit d'autobus de marque Renault, dont deux de moins de 40 places.

    H.E.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc