×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Pétrole: L’Opep devrait maintenir ses quotas

Par L'Economiste | Edition N°:2112 Le 20/09/2005 | Partager

. 2 millions de barils par jour offertsL’OPEP devrait maintenir inchangés ses quotas de production, à l’issue d’une réunion lundi 19 et mardi 20 septembre à Vienne, mais offrir sur demande au marché les 2 millions de barils par jour (mbj) supplémentaires qu’elle peut encore fournir, selon les représentants libyen et algérien. «L’idée est de ne pas modifier les quotas», actuellement fixés à 28 millions de barils par jour (mbj), a déclaré le secrétaire du comité de l’énergie libyen, Fathi Ben Chatouan, peu avant le début d’une réunion ministérielle de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep). «Nous n’allons pas relever le plafond (de production), mais nous allons offrir 2 mbj supplémentaires» au marché, a-t-il ajouté, tout en refusant de dire si un consensus s’était dégagé en faveur de cette option. L’Algérie était également favorable à cette solution lundi. Selon son ministre de l’Energie, Chakib Khelil, «elle a le mérite de proposer quelque chose de concret et d’offrir de mettre sur le marché des quantités (de brut) qui aideront vraiment à stabiliser les prix, ce qui est nécessaire». Cette proposition avait été révélée pour la première fois dimanche 18 septembre par le président du cartel, le Koweïtien cheikh Ahmad al-Fahd al-Sabah, qui avait noté que l’autre option était de relever les quotas de production de 500.000 barils par jour, à 28,5 mbj. En cas d’adoption, les membres de l’Opep offriraient donc la totalité de leur capacité excédentaire de production, soit environ 2 mbj, dont 1,5 mbj en Arabie saoudite. Les onze pays membres produisent actuellement quelque 30,3 mbj. Les membres de l’Opep s’accordent cependant à dire que le marché est pour l’heure largement approvisionné en brut. Ils estiment par conséquent peu probable que les consommateurs fassent appel à la totalité des 2 mbj offerts, qui sont constitués de brut lourd très difficile à raffiner et, à ce titre, peu prisé par le marché.


Production hors OPEP: Déclin après 2010

La production pétrolière des pays n’appartenant pas à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) devrait commencer à décliner peu après 2010, selon les prévisions de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) rapportées dans le quotidien Le Monde d’aujourd’hui 20 septembre. «La production de pétrole conventionnel (hors huiles lourdes et bitumes) atteindra un plafond juste après 2010», juge le directeur des études économiques de l’AIE, Fatih Birol, avant la parution le 7 novembre du rapport annuel sur les perspectives énergétiques mondiales («World Energy Outlook 2005»). Les pays non-Opep comptent notamment de gros producteurs de pétrole, comme la Russie, la Chine, le Canada, les Etats-Unis ou la Norvège. Ils fournissent aujourd’hui environ 60% du brut mondial. Selon cet expert, interrogé par le quotidien, «le profil de production pour la suite dépendra de la technologie, des prix et des investissements».Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc