×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Pétrole: L’effet yoyo continue

Par L'Economiste | Edition N°:2093 Le 24/08/2005 | Partager

. Les troubles politiques affectent la production mondialeLES prix du pétrole se stabilisaient mardi 23 août à la veille de chiffres sur les stocks américains qui pourraient traduire une nouvelle hausse des réserves de brut et de fioul hivernal, tandis que le marché surveille toujours la géopolitique et les cyclones potentiels. A New York, le baril de «light sweet crude» pour livraison en octobre progressait de 10 cents à 65,75 dollars lors des échanges électroniques vers 10h00 GMT). Le contrat septembre a clôturé lundi 22 août à 65,45 dollars. A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord prenait 11 cents à 64,61 dollars pour l’échéance d’octobre. L’attention du marché, tournée depuis plusieurs jours vers les troubles dans plusieurs pays producteurs dont l’Equateur, l’Irak et le Nigeria, se reportait en effet sur les chiffres hebdomadaires des stocks américains, attendus mercredi 24 août. Les analystes de Londres s’attendent à une hausse de 550.000 barils des stocks de pétrole brut pour la semaine passée aux Etats-Unis, leur quatrième progression consécutive. Ces stocks sont déjà de 10% supérieurs à leur niveau de l’an dernier à la même époque. De même, les stocks d’essence devraient avoir reculé de 1,5 million de barils mais ils n’inquiètent plus tellement le marché alors que la haute saison de consommation de ce carburant touche à sa fin. D’après Kevin Norrish, analyste à la banque Barclays Capital, «les problèmes du côté de la production comme du raffinage sont compensés par des indications suggérant que le prix de l’essence aux Etats-Unis a atteint un niveau qui réduit la demande et constitue un boulet important pour la croissance économique». «En l’absence de perturbations majeures de la production par des intempéries ou d’une détérioration importante des relations avec l’Iran», Norrish s’attend à ce que les cours oscillent autour de 65 dollars à New York et 62 dollars à Londres à court terme.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc