×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    OMC: Le bras de fer UE/USA se poursuit

    Par L'Economiste | Edition N°:2490 Le 22/03/2007 | Partager

    . Echange d’accusation sur les aides à Airbus et Boeing Les Etats-Unis ont accusé les Européens d’accroître leurs aides à Airbus en dépit de la plainte américaine déposée devant l’OMC contre l’avionneur européen, selon un compte rendu diffusé mercredi 21 mars par la mission américaine à Genève. Lors de la première audition à huis clos des parties devant les juges de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), le représentant de Washington a rappelé mardi 20 mars que «le Premier ministre français a annoncé il y a quelques semaines que la France offrirait 100 millions d’euros pour la recherche dans les matériaux composites en faveur d’Airbus». «Au beau milieu de ce différend, les Etats accroissent leur implication dans Airbus au lieu de la réduire», a-t-il dénoncé. Dominique de Villepin a annoncé le 1er mars que Paris débloquerait 100 millions d’euros pour la filière des matériaux composites, qu’il a qualifiée de «décisive pour l’avenir aéronautique français».Washington a porté plainte en octobre 2004 contre Airbus, tandis que Bruxelles a simultanément demandé à l’OMC de condamner différentes aides au constructeur américain Boeing versées par des Etats américains, le Pentagone et la Nasa. Le délégué américain a estimé que les 15 milliards de dollars d’aides au lancement de nouveaux appareils versées à Airbus par quatre Etats européens (Allemagne, Espagne, France, Royaume-Uni) avaient constitué «un préjudice grave» envers Boeing. Ces aides ont permis à l’avionneur européen de devenir le premier avionneur mondial entre 2003 et 2006. Même si Boeing a redressé la tête l’an dernier, ce regain n’est que «temporaire» et lié aux difficultés que rencontre Airbus avec ses derniers programmes, A380 et A350, a fait valoir Washington. Airbus «reviendra sur le marché dans un avenir très proche et a déjà commencé à engranger de nouvelles commandes dans les dernières semaines», selon le réquisitoire américain. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc