×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Nouvelle stratégie pour sortir l’Afrique de la pauvreté

Par L'Economiste | Edition N°:2130 Le 14/10/2005 | Partager

. L’Europe insiste sur le renforcement de la bonne gouvernance La Commission européenne a présenté mercredi 12 octobre sa nouvelle stratégie pour aider l’Afrique et couper les racines de l’immigration clandestine alors que les incidents se sont multipliés ces dernières semaines à Sebta et Mellilia.Cette «stratégie», qui devra être approuvée par le Parlement européen et les 25, veut aider le continent à atteindre les objectifs du millénaire pour le développement, c’est-à-dire réduire la pauvreté de moitié d’ici à 2015. Pour y parvenir, l’Afrique a d’abord besoin de paix et de stabilité, souligne la Commission, qui propose notamment des actions pour renforcer la bonne gouvernance et les institutions nationales. Mais le moteur du développement ne peut être que la croissance économique. Le coeur de cette nouvelle stratégie passe par la construction d’infrastructures de transport (rail et route), d’eau, d’énergie, de télécommunication. Ces grands réseaux permettant de «vertébrer» le continent devraient aider au développement des échanges Sud-Sud et à la création de marchés régionaux intégrés, levier nécessaire pour renforcer la place de l’Afrique sur le marché mondial.La Commission prévoit aussi des actions en faveur de l’éducation, avec notamment la création d’un programme d’échanges d’étudiants, baptisé Erasmus-Nyerere, dont les bénéficiaires s’engageraient à contribuer au développement de leur pays d’origine. Pour financer cette stratégie, la Commission compte sur l’engagement pris en mai par les 25 d’augmenter leur aide publique au développement (APD) de 20 milliards d’euros supplémentaires par an (dont au moins la moitié pour l’Afrique) d’ici 2010. De 17 milliards d’euros en 2003, l’APD de l’UE à destination de l’Afrique passerait ainsi à 25 milliards en 2010, selon des estimations de la Commission.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc