×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Normes parasismiques: Qui applique la loi?

Par L'Economiste | Edition N°:2764 Le 25/04/2008 | Partager

. Leur respect est exceptionnel. Le système de contrôle pointé du doigt. La sensibilisation parmi les prioritésFace aux tremblements de terre, l’Homme (Marocains compris) n’est pas totalement impuissant. Il suffit en effet de se préparer en construisant selon les normes parasismiques. «C’est quelque chose qui est prévue dans la loi mais qui malheureusement, dans la pratique, n’est appliquée que de façon exceptionnelle», fait remarquer Taoufiq Hejira, ministre de l’Habitat. C’était lors de la rencontre organisée à Casablanca, le 23 avril, pour présenter le premier projet du règlement de construction parasismique RPS 2000 (version 2008). «C’est la responsabilité de tout le monde», poursuit le ministre. Ce dernier s’est également indigné du système de contrôle actuel. «Ce dernier pêche par sa focalisation sur les aspects et mesures architecturaux sans prêter attention à la solidité des constructions».Taoufiq Hejira a également mis l’accent sur l’importance de la formation continue dans le bâtiment. Domaine dans lequel, les techniques évoluent tous les jours. «Nous sommes prêts à prendre en charge les plans de formation continue en collaboration avec les entreprises», a insisté Hejira.. Méthode d’évaluationDe son côté, Mohamed Kabbaj, wali de Casablanca, a attiré l’attention sur «la nécessité de produire des lois et directives qui soient applicables». Son commentaire a notamment concerné les systèmes informatiques qui doivent être «simples d’usage et pas trop compliqués, au risque de se voir abandonnés». Kabbaj a également mis l’accent sur l’importance de la sensibilisation autour des questions sismiques et au respect des normes modernes de construction en général. «C’est une question qui peut paraître très technique, mais qui concerne, en réalité, tout le monde», affirme-t-il. Il ajoute que «la sensibilisation doit concerner aussi bien les architectes que les cabinets d’études, entrepreneurs et promoteurs immobiliers ».Le règlement de construction parasismique (RPS2000) a pour objectif de limiter les dommages en vies humaines et en matériel susceptibles de survenir en cas de séisme. Il définit la méthode de l’évaluation de l’action sismique sur les bâtiments. Celle-ci doit être prise en compte dans le calcul des structures. Cela permet de définir les critères de conception et les dispositions techniques à adopter pour permettre à ces bâtiments de résister aux secousses sismiques.Le Maroc est soumis à une activité sismique significative à cause de sa situation dans un domaine de collision continentale, due à l’interaction entre les plaques tectoniques africaine et eurasienne.Dernière catastrophe majeure en date, celle survenue dans la région d’Al Hoceima, le 24 février 2004. Elle a été frappée par un violent tremblement d’une magnitude de 6,3 sur l’échelle de Richter. Ce séisme avait causé la mort à 639 personnes et laissé sans toit plus de 15.600 personnes. Côté dégâts matériels, le tremblement de terre à entraîner la destruction de 2.539 maisons. Le séisme d’Al Hoceima est considéré comme étant le plus important après celui d’Agadir en 1960 (5,9° de magnitude). Ce dernier avait fait plus de 12.000 morts. Nabil TAOUFIK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc