×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Monétique: La carte face au cash et au chèque

Par L'Economiste | Edition N°:2218 Le 21/02/2006 | Partager

. La région Maghreb Afrique devrait suivre la tendance internationale . Sécurité, transfert aux normes EMV, cartes prépayées… des outils identifiés lors du forum de MarrakechDoucement, mais sûrement, le Centre monétique interbancaire (CMI) fait sa campagne. Après une caravane pour «une meilleure utilisation des cartes bancaires» et qui a concerné les grandes villes du Maroc, il a organisé à Marrakech le premier forum monétique du Maghreb et d’Afrique en partenariat avec le mensuel Economie et Entreprises. Durant deux jours (les 16 et 17 février) le Forum, qui a accueilli quelque 250 participants, a abordé plusieurs thèmes. Ils ont concerné, entre autres l’existant en matière juridique, la sacro-sainte question de la sécurité des services de paiement ainsi que celle de l’efficacité de l’infrastructure. Il s’agissait aussi de faire le point sur les questions d’innovation et de profitabilité (le prépayé notamment), mais aussi les nouveaux canaux et l’administration e-commerce. Il a aussi été question, mais en aparté des coopérations qui se profileraient (ou non) face au développement croissant de ces canaux. La gestion du risque -fraude, blanchiment d’argent- a monopolisé les premiers débats. Salle comble en effet au premier jour de ce forum qui fut une occasion au GPBM (Groupement des professionnels des banques du Maroc), CMI et Banque Al-Maghrib pour revenir sur le cas Maroc. L’évolution de la monétique est significative: le nombre des cartes bancaires dont le nombre est passé de 500.000 en 2000 à 2,5 millions en septembre 2005 avec 2.000 guichets automatiques (GAB). «Malgré tout, ces chiffres sont encore en deçà des attentes ne serait-ce que par rapport à la population bancarisée», souligne El Hadi Chaïbainou, directeur du GPBM. Chiffres encore plus bas, face aux réalisations de l’activité monétique dans le monde. Auprès du CMI qui s’appuie sur les chiffres des deux grands géants de la monétique Visa et Master cartes, le nombre de cartes a atteint 2,6 milliards en 2005, soit une progression de 14% par rapport à la même période en 2004. Le volume des achats a atteint l’année précédente 3.719 milliards de Dollars. «De ce fait, la part des paiements par cartes a représenté au total 14% du montant total de la consommation des ménages au détriment du cash et des chèques», insiste Rachida Benabdellah, directrice du CMI. Ce n’est pas encore le cas pour le Maroc où, face aux questions légitimes de sécurisation, même de grands commerçants sont encore réticents.Pour des participants, face au blanchiment de l’argent et la recrudescence de la fraude monétique, la migration vers les nouvelles normes comme Europeen Mastercard Visa (EMV) est le meilleur moyen de lutte. «Les sécurisations des paiements devront assurer le développement de la monétique au Maroc», a indiqué pour sa part le secrétaire général du département de la Poste, des Télécommunications et des Technologies de l’information, Lhassan Belkoura. Et d’ajouter: «Le Maroc a misé sur un cadre réglementaire et évolutif, de nature à sécuriser les opérations de paiement sur Internet et d’accompagner le développement du commerce électronique au Maroc». Il n’est pas le seul. Les pays du Maghreb, qui se lancent tardivement dans une politique monétaire, comme l’Algérie, ont présenté leurs expériences lors de ce forum.


Transparence

«Sur un plan strictement économique, l’activité monétique permet à l’argent de circuler dans un cercle virtuel avec un impact direct sur le PIB du pays», insiste Dr Jeremy Reynolds, vice président de Visa international CEMEA. Pour Reynolds qui prêche aussi pour sa paroisse, le développement de la monétique bancaire est le seul moyen de lutter contrer le blanchiment d’argent afin de réduire l’économie grise. Il ajoute aussi que pour les instances gouvernementales gagnerait à utiliser la monétique ne serait que pour les ventes des biens publics. Ce qui ne peut à terme que garantir la transparence. De notre correspondante, Badra Berrissoule

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc