×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Mise à niveau: L'UE fait la promo de ses instruments

    Par L'Economiste | Edition N°:1688 Le 21/01/2004 | Partager

    . Le deuxième symposium de l'UE s'est tenu à Marrakech. C'est à l'initiative des conseillers économiques des pays membres. Les lignes de crédit offertes peu utiliséesLa salle de conférence de la Chambre de commerce de Marrakech était archipleine ce 19 janvier. Normal, banques, bailleurs de fonds et tous ceux qui interviennent pour le financement de la mise à niveau des PME étaient au rendez-vous pour le deuxième symposium européen. Ce dernier avait pour thème les instruments européens au service des PME-PMI. Ce symposium est une initiative des conseillers économiques et commerciaux des ambassades de l'Union européenne. Objectif: présenter aux opérateurs économiques des villes marocaines, les instruments européens au service des PME-PMI marocaines. Derrière ce symposium, l'idée est de promouvoir les instruments instaurés par les institutions des différents pays européens au profit des PMI-PME marocaines, des associations professionnelles et organismes d'appui. Il s'agit aussi d'informer ces derniers sur les mises à jour des programmes de soutien européens. Par ailleurs, ces rencontres représentent aussi des occasions pour les initiateurs de ces programmes de connaître sur le terrain les besoins des entrepreneurs régionaux. A travers ces forums qui se déplacent un peu partout au Maroc, ce sont des liens directs que cherche à tisser le groupement des conseillers avec l'ensemble des entreprises marocaines, et notamment régionales. Tanger sera d'ailleurs la prochaine ville qui accueillera ce forum, suivie d'Agadir, Fès et Oujda. Pour Sean Doyle, chef de la délégation de la Commission européenne, trois types de patrons forment le tissu des entreprises marocaines. Les premiers sont conscients de l'évolution à entreprendre pour une mise à niveau et une meilleure compétitivité, face aux défis de la mondialisation. La deuxième catégorie se pose des questions et hésite encore à s'engager pour la mise à niveau. La troisième catégorie est celle des entreprises totalement endormies. “Et c'est celle-là que nous ciblons”, dit-il. Dans l'ensemble, les lignes étrangères de crédit pour les PME-PMI existent et sont nombreuses, mais non utilisées parfois par manque d'informations ou encore d'interlocuteurs, même si les banques sont pour la plupart partenaires de ces programmes. Il en est de même d'ailleurs pour les instruments mis en place par des organismes de crédit et des fonds de garantie marocains, estime-t-on. Le symposium de Marrakech a été l'occasion de présenter la toute nouvelle ligne de crédit accordée par l'Espagne dans le cadre des accords entre le Maroc et la péninsule ibérique et dont les procédures sont en phase de mise en place. Les deux pays avaient conclu en novembre dernier un accord pour un montant de 290 millions d'euros pour le financement de projets de développement et l'acquisition de biens d'équipement et services espagnols. Une grande partie (270 millions d'euros) est destinée aux sociétés mixtes et 20 autres millions aux PME marocaines. De son côté, la coopération italienne a mis en place un programme pour la création de joint-ventures avec des appuis financiers aux sociétés mixtes, mais aussi une assistance au niveau de la faisabilité des projets. Autre ligne de crédit, italienne, avec cette fois-ci un programme intégré pour un montant de 15,5 millions d'euros et une unité de promotion des investissements intervenant au sein de l'Agence nationale pour la promotion de la PME. Ces programmes financent aussi bien l'achat d'équipements (y compris la formation) que le transfert de technologie et les licences et brevets industriels. Il s'agit, à l'instar des autres programmes de pays européens, d'emprunts à moyen terme sur une durée de 3 ans. En outre, l'Italie cofinance le programme Mediterranéo 2000 pour l'assistance des PME dans la formation et l'appui conseil. La France, pour sa part, a débloqué une ligne de financement de 30,5 millions d'euros en faveur des PMI-PME marocaines. Depuis mars 2003, le Trésor marocain a ouvert l'accès de la ligne à l'ensemble des banques désirant proposer ce produit à leurs clients. A ce jour, presque toutes les banques marocaines ont signé la convention de financement. Y sont inclus les investissements pour l'amélioration de la productivité (matériels et immatériels), biens neufs et services d'origine française. L'emprunt a une durée de 6 ans avec un différé de remboursement de 4 ans. Avec le Portugal, le Maroc en est à sa deuxième ligne de financement pour 100 millions d'euros. La première, d'une valeur de 10 millions d'euros, avait été conclue en 2001 et rallongée de deux ans, et aura bénéficié à une seule entreprise. Rappelons que c'est à Casablanca qu'a eu lieu le premier symposium européen en juin dernier et dont les retombées auraient été très positives, indique-t-on, auprès des organisateurs, même si l'événement avait plus une empreinte institutionnelle. Lors de ce symposium de Marrakech, la première partie des travaux du forum a été consacrée à des présentations détaillées de chaque ligne de crédit pour dédier le reste de la journée à des rencontres entre patrons de la place et représentants des instruments des pays européens en faveur des PME-PMI.


    Les Chambres de commerce prennent le relais

    Les Chambres de commerce locales pourraient devenir de véritables relais et bureaux d'information des lignes de crédit européennes pour les PME-PMI. “Il n'est pas exclu que des bureaux régionaux y soient hébergés”, souligne Stefano Ravagnan, conseiller économique pour l'ambassade de l'Italie et un des grands initiateurs de ce symposium. La CCIS de Marrakech s'est bien préparée dans tous les cas, puisqu'elle va mettre en place une cellule des PME-PMI au niveau de la communication et l'information.Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc