×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Société

    Meurtre de l’avocat de Meknès
    Nouvelle audience aujourd’hui

    Par L'Economiste | Edition N°:2487 Le 19/03/2007 | Partager

    . La défense réclame toujours le rapport d’autopsie. Ikd, le “tueur à gages», bientôt extradé d’Espagne Les 15 meurtriers présumés de Me Ibrahim Hassitou, avocat au barreau de Meknès, et de son épouse Maria Bennani comparaissent aujourd’hui, lundi 19 mars, devant la Chambre criminelle de Meknès. Pour rappel, le procès, ouvert le 12 février dernier, a été reporté à la suite du décès de l’accusé principal, Abdeljebbar Bouaami, dans sa cellule au pénitencier de Meknès, la veille de sa comparution. Effondrés suite à la mort de leur frère, Abdelkrim et M’hamed étaient dans un état déplorable. Leur avocate casablancaise, Aïcha El Karche, qui les a vus la semaine dernière, est plus rassurée sur leur état de santé. Selon elle, le procès a de fortes chances d’être reporté. «J’ai besoin de plus de temps pour étudier le rapport d’autopsie d’Abdeljebbar. Rapport qui me sera remis aujourd’hui», dit-elle. Même son de cloche auprès de Me Mohamed Dalil Skalli, un autre avocat de Casablanca, venu défendre Malika Tayeb, l’une des accusées. Selon lui, le report s’avère nécessaire pour mieux étudier le dossier. Skalli avance une autre information par rapport à l’arrestation des accusés. Selon lui, d’après «le code pénal, un tiers porté disparu n’est dit mort qu’après 365 jours de sa disparition. Donc, l’arrestation des suspects, faite avant l’expiration de ce délai, serait «illégale», sauf en cas de preuves tangibles incriminant le suspect. Notamment la présence de cadavres, avec des traces appartenant à l’assassin ou des aveux en bonne et due forme». Ce qui n’est pas le cas, selon Me El Karche. Par ailleurs, Aziz Ikd, le présumé «tueur à gages» qui aurait exécuté Me Ibrahim Hassitou et sa conjointe, le 16 février 2006, a été arrêté en Espagne. Il n’a toujours pas été extradé au Maroc. Mais, selon des sources judiciaires de Meknès, la Cour suprême espagnole aurait validé son transfert. En tout cas, les mis en cause doivent répondre de plusieurs chefs d’accusation: constitution de bande de malfaiteurs, homicide volontaire avec préméditation, mutilation de corps, dissimulation de traces de crime, recel, vol qualifié, proxénétisme et adultère. Résultat d’un conflit de voisinage qui s’était déclenché entre l’avocat Hassitou et les frères Bouaami, propriétaires d’un restaurant populaire situé dans l’ancienne médina, l’affaire comporte beaucoup de zones d’ombre. L’enquête n’est toujours pas bouclée.


    Hasard

    D’après des sources concordantes, Abdeljebbar Bouaami aurait connu Aziz Ikd par hasard. En effet, Bouaami qui voulait appeler un de ses amis s’est trompé de numéro de téléphone et aurait eu Malika Ikd, l’épouse du tueur à gages. Celle-ci l’aurait invité à la rencontrer à Rabat. Sur ce fait, il fait la connaissance du mari qui lui propose de régler son différend avec Me Hassitou pour la somme de 200.000 DH.Youness Saâd Alami

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc