×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Economie

Marrakech: Les touristes moins nombreux en août

Par L'Economiste | Edition N°:2883 Le 17/10/2008 | Partager

. Un été morose avec une chute globale de 7%. Le tourisme interne sauve la miseAOÛT a été un mois négatif pour l’activité touristique à Marrakech. Comme annoncé par L’Economiste, la ville a affiché une baisse de 5% en termes de nuitées durant ce mois de vacances d’été alors que les arrivées ont connu une quasi-stagnation (-1%). D’après les statistiques officielles, la ville de Marrakech reste en dessous de la moyenne nationale. Mais, le plus inquiétant demeure le cumul des arrivées et nuitées qui viennent d’être confirmées par les statistiques officielles du ministère du Tourisme. Sur les 8 mois de l’année, la première destination touristique du Royaume affiche une baisse de 7% au niveau des nuitées par rapport à la même période de l’an dernier et qui, pourtant, n’était pas du tout rose. Avec des baisses similaires sur la deuxième destination du pays, Agadir, il n’y a pas de quoi se réjouir, estime cet observateur. Seul le tourisme interne arrive à sauver la mise à fin août avec une hausse de 14%.A fin août dernier, Marrakech a accueilli 1.081.118 touristes qui ont enregistré 3.900.039 nuitées dans les établissements classés de la cité ocre, soit un taux d’occupation de près de 60%. Par marché, la France est toujours en tête de peloton avec 455.525 arrivées et 2 millions de nuitées réalisées jusqu’à maintenant. Le Royaume-Uni suit de très loin avec 82.000 arrivées durant les 8 premiers mois de 2008. Ces arrivées ont généré plus de 319.000 nuitées. Le marché espagnol a réalisé plus de 200.000 nuitées à fin août avec 70.000 touristes. Ce ne sont là que les chiffres officiels. Inutile de rappeler que la référence aux arrivées aux postes-frontières permet de gonfler librement les arrivées, et ce, contre l’avis des professionnels.Premiers à être touchés par ce repli reconnu officiellement, les établissements touristiques, surtout les 3 et 2 étoiles ainsi que les villages de vacances touristiques (VVT). Chez les premiers, l’activité a chuté de 22%. Alors que les VVT ont accusé une baisse de 14%.Globalement et au cours des 8 premiers mois de 2008, le taux d’occupation des établissements de Marrakech a atteint 59%, perdant 10 points par rapport à l’année précédente. Pour certains professionnels, outre la crise évidente liée au marasme économique, le secteur touristique de Marrakech ne fait pas exception et souffre aussi d’un déficit de communication et d’une absence de stratégie régionale. «Jusqu’à maintenant, les performances de la ville ne sont dues qu’au renforcement des liaisons aériennes et des efforts individuels», insiste ce professionnel.Le tableau n’est pas réjouissant du côté de l’analyse par marché émetteur. Celle-ci révèle que la baisse est induite par les résultats négatifs des marchés français, britannique, italien et allemand. Les Français, qui constituent la grande masse des arrivées de Marrakech, ont en effet vu leurs nuitées diminuer de 15%. De quoi inquiéter les voyagistes et réceptifs spécialisés sur ce créneau.La chute n’a pas épargné non plus le marché britannique, qui a reculé de 11% pour les nuitées et de 15% pour les arrivées. Quant au marché espagnol et contrairement à ce qui était attendu, ses touristes étaient plus nombreux cette année avec 6% de plus.Malgré ces baisses, le mouvement des investissements ne faiblit pas. Une soixantaine d’hôtels, projets de résidences touristiques et maisons d’hôte sont en cours de réalisation. Des projets engagés depuis plusieurs années avec un besoin en personnels de plus en plus croissant.


Le marché alternatif

BIEN loin des marchés européens émetteurs, il reste un marché alternatif, celui des pays arabes et qui est en croissance continue. Ils ont été 17.000 touristes arabes à avoir visité la cité ocre, en hausse de 34% depuis le début de l’année, enregistrant à peu près 60.000 nuitées.En ce moment de crise, le Maroc a besoin de l’apport de tous les marchés. Il a besoin également de délégations à l’étranger, bien gérées, en nombre suffisant en personnel, en moyen matériel et implantées un peu partout, là où il faut, et pas uniquement dans les capitales européennes, estime ce voyagiste réceptif.De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc