×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Economie

Meknès: Les points noirs qui freinent le tourisme

Par L'Economiste | Edition N°:2883 Le 17/10/2008 | Partager

. Faux guides et rabatteurs pointés du doigt. Le wali veut assainir le secteur Manque d’actions promotionnelles et d’animation, absence de circuits touristiques «propres», harcèlement des touristes par les guides clandestins et les rabatteurs, fermeture des sites historiques entre 12 et 15 heures… tels sont les points noirs qui freinent l’activité touristique à Meknès. C’est l’avis des professionnels du secteur qui ont rencontré le wali, mercredi dernier. Ils ont profité de l’occasion pour remettre sur le tapis les vieux problèmes qui se posent encore.Pour eux, le tourisme est littéralement agressé par les faux guides et les rabatteurs, que ce soit en médina ou aux environs des maisons d’hôtes. Si ce n’est pas le faux guide, ce sont les mendiants ou encore les charrettes. Les touristes sont également dérangés par les mauvaises odeurs et les saletés qui jonchent certaines ruelles. De fait, les opérateurs pointent du doigt la gestion du ramassage des ordures. Ils regrettent aussi l’état «déplorable» de la place Lahdim. Face à ces doléances, Hassan Aourid, wali de la région, a proposé la création d’associations sectorielles, notamment pour les maisons d’hôtes. Il a aussi appelé à la persévérance pour mettre en valeur les atouts de Meknès. «Notre rôle est de vous accompagner en matière de facilitation de l’investissement, de sécurité, de social, d’animation, de services et de développement du produit touristique», indique Aourid. A propos du volet investissement, le wali a souligné que de «grands opérateurs se bousculent au portillon». Parmi eux figurent la CDG, Alliance, Atlas Hospitality, et d’autres groupes. Lesquels sont intéressés par l’aménagement de Jnane Hlima et Sarij Souani, la réalisation d’un village touristique avec golf et piscine, en plus d’autres projets ayant trait à l’écosystème. Le premier responsable de l’autorité locale a, par ailleurs, rappelé que plusieurs projets sont encore en souffrance. Il s’agit de projets d’hôtels (Oukrid, Wislane…) qui avaient reçu toutes les autorisations, mais dont la réalisation piétine pour des causes liées directement aux promoteurs. «Ces derniers doivent se conformer aux cahiers des charges dans les plus brefs délais», affirme Aourid qui dit qu’il sera intransigeant sur ces cas. Pour sa part, Mostafa Meskini, président du Conseil régional du tourisme (CRT), a rappelé que la ville de Meknès enregistre cette année une hausse des nuitées de l’ordre de 6%. Et ce, malgré la crise financière qui touche ses principaux marchés émetteurs. C’est dire que sa richesse patrimoniale considérable (mosquées, mederssas, riads, foundouks…) joue en sa faveur. Du coup, il faut consolider ce cadre et penser à mieux le fructifier. En effet, le potentiel touristique de la ville n’est pas valorisé. D’où la nécessité de programmer des activités d’animation en adéquation avec l’image et les aspirations de la ville impériale et multiplier les efforts en termes de promotion. Sans oublier la restauration des monuments. A cet égard, la réhabilitation du site de Volubilis serait d’un grand apport.En tout cas, le Programme pour le développement régional du tourisme (PDRT), qui sera fin prêt dans quelques semaines, donnera plus de visibilité aux professionnels. Ce programme engagera la région sur les 10 années à venir et devra répondre à des questions relatives aux moyens de différencier la médina de Meknès et de convertir la proximité de Fès en atout. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc