×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Maghreb/UE: Coup d’envoi du 5+5

Par L'Economiste | Edition N°:2696 Le 21/01/2008 | Partager

. Les ministres des AE discutent de sécurité et de voisinage élargi. Les travaux démarrent aujourd’hui. Benita Ferrero Waldner est de la partie Benita Ferrero Waldner veut faire avancer les choses. La commissaire européenne chargée des Relations extérieures et de la Politique européenne de voisinage, invitée d’honneur du «dialogue informel» des 5+5 (ministres des Affaires étrangères de l’UMA et de l’Espagne, la France, l’Italie, Malte et le Portugal) qui se déroule aujourd’hui à Rabat, compte mettre l’accent sur «l’intégration sous-régionale et la coopération renforcée comme vecteurs de stabilité et de prospérité».Pour sa 6e session, cette rencontre reviendra également sur des thèmes déjà traités, tels que les domaines de la défense, du transport, ou de la migration. La lutte contre le terrorisme et la problématique sécuritaire dans le Sahel et l’ensemble de la région (différend sur le Sahara), seront sans conteste les points les plus chauds dont les 5+5 auront à débattre dans la première partie de la journée. «Les coopérations renforcées établies par le groupe 5+5 peuvent servir de laboratoires d’idées et d’inspiration pour les autres partenaires de la coopération euro-méditerranéenne», précise Benita Ferrero Waldner.Comme nous l’indiquions dans une précédente édition, Chakib Benmoussa, ministre de l’Intérieur, et Michèle Alliott-Marie, son homologue française, se sont entretenus pas plus tard que le 11 janvier de cette problématique sécuritaire, mettant l’accent sur «la nécessité d’une mobilisation collective contre la menace terroriste». A l’issue de l’entretien, la partie française a annoncé qu’elle «souhaitait activer la coopération régionale et développer un projet opérationnel autour de cette problématique dans le cadre de sa présidence de l’UE», qui interviendra mi-2008. A ce titre, la réunion des 5+5, qui se tient à 10 jours après le troisième round des négociations de Manhasset, devrait vraisemblablement soulever la problématique du différend saharien qui entrave toute coopération dans l’espace sahélo-saharien pour contrer la menace terroriste. Chakib Benmoussa et Michèle Alliott-Marie avaient même fait part de leur «volonté commune de renforcer la coopération euro-méditerranéenne entre les ministres de l’Intérieur de la Méditerranée orientale». C’est dire que l’évènement, qui rassemblera autour d’une même table responsables de l’UMA et européens, permettra aux participants et notamment au Maroc de proposer un mode opératoire qui va dans ce sens.D’ailleurs, en marge de la réunion du groupe 5+5, Ferrero Waldner prendra aussi part à un séminaire sur le «statut avancé» demandé par le Maroc dans ses relations avec l’UE. «L’UE est convaincue des bénéfices de l’intégration régionale en tant que moyen pour contribuer à la stabilité et au dialogue ainsi que pour accroître le rythme du développement économique», fait-elle observer. La commissaire européenne a précisé que l’UE est disposée à apporter son appui aux pays du Maghreb afin de soutenir les initiatives pour renforcer le dialogue et la coopération régionale. Un discours qui attirera sans doute de nombreuses personnalités marocaines issues des milieux politique, économique, syndical, universitaire et associatif.Ce séminaire s’inscrit dans le mandat du Conseil d’association UE-Maroc, tenu le 23 juillet dernier, qui a demandé aux deux parties d’entamer un exercice de réflexion sur les moyens de renforcer les relations bilatérales.Demain, mardi 22 janvier, la commissaire européenne participera à la réunion de la Troïka de l’UE avec les ministres des AE de l’UMA, en présence du Secrétaire général de l’organisation. Cette réunion fait suite à une première rencontre informelle en novembre 2007, en marge de la réunion des ministres des Affaires étrangères du Processus de Barcelone. L’objectif est de définir un programme de travail commun afin de soutenir l’intégration régionale au Maghreb, notamment dans les domaines de la facilitation du commerce, de sa libéralisation et de l’interconnexion des réseaux d’énergie. Ferrero Waldner précise à ce titre la similitude des défis avec les pays du Maghreb. Ils sont nombreux et touchent particulièrement le réchauffement climatique, la concurrence des nouvelles économies émergentes, l’immigration illégale, la protection de la mer Méditerranée et la lutte contre l’extrémisme et le terrorisme». Toutes les pistes sont là pour renforcer les relations maghrébo-européennes.R.H.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc