×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Affaires

Ma3: Mise au point

Par L'Economiste | Edition N°:2873 Le 03/10/2008 | Partager

DANS votre numéro daté des vendredi 19, samedi 20 et dimanche 21 septembre 2008, vous avez écrit dans la rubrique «De Bonnes Sources», un entrefilet sous le titre «Ma3 refait surface». Cet entrefilet contient plusieurs contrevérités qui portent préjudice à l’image de notre chaîne et à ses fondateurs. Nous vous prions de bien vouloir insérer dans les conditions prévues par la loi, la mise au point suivante: Tout d’abord, vous commencez par parler de «projet très controversé», et c’est là une première contrevérité. De quelle controverse parlez-vous? S’il s’agit du différend qu’a connu la chaîne avec son partenaire, le groupe ART, c’est un différend «normal comme peut avoir toute entreprise avec un de ses partenaires. L’affaire suit son cours devant la justice française et le verdict final est prévu en avril 2009. Et à ce propos – 2e contrevérité – vous parlez de «bagarre judiciaire entre actionnaires. Justement, le groupe ART n’a jamais été notre actionnaire, mais seulement partenaire avec lequel nous étions liés par une convention. 3e contrevérité: «la chaîne avait déposé son bilan . Cette information est totalement fausse. Notre chaîne et la société de droit français – B&B Prod – qui l’a créée n’ont jamais déposé de bilan et la vérité est toute autre: Ma3, en raison de la rupture arbitraire et brusque du contrat qui la liait au groupe ART, a été obligée de suspendre sa diffusion. Mais, tout en recourant à la justice, nous n’avons jamais cessé de chercher de nouvelles sources de financement pour relancer notre chaîne. Et c’est ainsi que, tout dernièrement, Ma3 a été remarquée par la société Europe Finance et Industrie – le n° 1 de l’introduction en Bourse en France. Très intéressée par notre chaîne et son positionnement, EFI nous a proposé de l’introduire sur le marché libre de la Bourse de Paris, dont l’accès, s’il est réputé, comme vous avez tenu à le souligner, comme étant plus souple, n’en est pas moins très exigeant. Deux réunions d’information ont eu lieu simultanément à Paris et Casablanca. Nous sommes prêts à vous communiquer toutes les données et informations nécessaires sur ce projet d’introduction qui aura lieu dans quelques jours.


NDLR: Bien que ce courrier ne présente pas les garanties habituelles (pas de siège social, pas de point de contact, forme ne respectant pas les normes légales…), nous publions ce courrier pour l’information de nos lecteurs. Ceux-ci ne manqueront pas de s’étonner en lisant qu’un procès entre Ma3 et ART n’est pas «une bagarre judiciaire» et de s’interroger sur la nature d’un simple «partenaire» dont le seul retrait a entraîné l’arrêt de la chaîne. Ce courrier indique aussi que EFI est la première en France pour les introductions en Bourse. Nous n’avons pas trouvé trace de ceci parmi les sociétés de Bourse françaises. En revanche, EFI a fait l’objet d’une sanction, cet été, de la part de la commission bancaire. Enfin, nos journalistes ont effectivement demandé des informations sur le projet Ma3, sans obtenir mieux que l’affirmation d’un espoir.Fatima-Zahra Benaddi,présidente de la chaîne Ma3
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc