Economie Internationale

L'ONU adopte une nouvelle déclaration contre la criminalité

Par L'Economiste | Edition N°:749 Le 18/04/2000 | Partager

. Les Etats signataires doivent revoir d'ici 2002 leur système de protection des victimes


Les participants au 10ème congrès des Nations Unies sur la criminalité et la justice ont adopté une "déclaration de Vienne" qui demande notamment l' application concrète des accords internationaux de lutte contre la criminalité. "Nous mettons l'accent sur la responsabilité de chaque Etat d'établir un système de justice criminelle correct, responsable, éthique et efficace", stipule la déclaration rendue publique lundi et qui doit être soumise à l'automne à l'assemblée générale des Nations Unies. Quelque 30 ministres et 2.000 experts (fonctionnaires, criminologues, membres d'organisations non gouvernementales, experts en droit, etc) ont participé à ce "Congrès sur la prévention de la criminalité et le traitement des criminels", qui se tient tous les cinq ans. Il s'était tenu du 10 au 17 avril.

Ils ont concentré leurs travaux sur la criminalité organisée, la mondialisation des groupes criminels, la lutte contre la corruption, la criminalité informatique et la protection des victimes.
Ils préconisent aux Etats en voie de développement d'incorporer une composante "prévention de la criminalité" dans leurs stratégies nationales et internationales de développement.
Les Etats représentés se sont engagés "au développement de moyens plus efficaces de collaboration pour éradiquer la forte progression du trafic d'êtres humains, spécialement celui des femmes et des enfants, ainsi que le commerce de clandestins". Ils ont promis de mieux coopérer pour "diminuer la production illégale et le trafic d'armes à feu", et ont fixé l'échéance de 2005 pour "parvenir à une baisse significative de leur importance dans le monde". "Nous réaffirmons que le combat contre le blanchiment d'argent et l'économie criminelle constituent un élément majeur des stratégies contre le crime organisé", ont-ils ajouté.
Chaque Etat signataire s'engage à revoir d'ici 2002 son système de protection des victimes pour tenter de l'améliorer.

Nadia BELKHAYAT (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc