×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

L'explosion du GSM en Espagne

Par L'Economiste | Edition N°:527 Le 11/06/1999 | Partager

· Telefonica détient 70% du marché ibérique

· Segmentation des abonnés et offres personnalisées

· Développement des services à valeur ajoutée


L'entreprise n'a pas plus de deux ans en tant qu'opérateur entièrement privé. Ses performances en Espagne et hors frontières font d'elle l'un des géants de la téléphonie. "Nous sommes un opérateur global des télécommunications. C'est ce qui nous différencie des autres groupes du secteur", énoncent les responsables de l'entreprise ibérique.
Outre la téléphonie fixe et mobile, Internet et le multimédia, l'entreprise a des activités dans l'audiovisuel. Dernièrement, elle a racheté avec des partenaires institutionnels la deuxième chaîne de télévision espagnole Antenne 3 qui affiche un taux d'audience de 25%.
Si aujourd'hui l'opérateur espagnol est à 100% privé, la libéralisation du secteur des télécommunications s'est étalée sur 10 ans. Créée en 1924, Telefonica avait pour actionnaire principal, l'Américain ITT. Elle fut nationalisée 21 ans plus tard avec 31% détenu par l'état espagnol. Celui-ci accordera un monopole d'exploitation à Telefonica pour 40 ans. Le processus de libéralisation des télécoms a été lancé en Espagne en 1987. En sept ans, l'Etat libéralise successivement les services à valeur ajoutée, la fourniture des terminaux d'abonnés, la radio messagerie, les téléphones publics intérieurs et les communications mobiles. En 1995, une première concession de licence d'exploitation des communications est accordée à Telefonica et à Airtel. L'année 1997 sera marquée par la privatisation totale de Telefonica avec une deuxième concession de lignes de téléphonie de base. C'est aussi l'année de la libéralisation des plates-formes d'accès à Internet et l'adjudication des licences pour la TV par câble.

Grâce à son adaptation au nouvel environnement (concurrentiel), l'opérateur historique a pu maintenir son leadership en Espagne et remporter de grands succès hors frontières. La clef de ce succès réside entre autres dans l'une des pièces maîtresses du dispositif de Telefonica et une grande fierté de l'entreprise. Il s'agit de I+D, le centre de développement et de recherche que l'opérateur ibérique a créé il y a 10 ans déjà.
Au passage, Telefonica consacre un budget annuel de plus de 1 milliard et demi de Dollars pour la recherche & développement.
Objectif: offrir des produits innovants et à moindre coût qui démarqueront l'opérateur de ses concurrents.
Sur le GSM, l'opérateur fournit près de 70% du marché espagnol. En trois ans, il a réussi à drainer 5,5 millions d'abonnés. Durant le premier trimestre 1999, l'entreprise a attiré plus de 800.000 clients nouveaux.
Les équipes de Telefonica Sericios Moviles traquent les abonnés en segmentant leur offre: des services corporatifs pour les cadres d'une même entreprise, paiement partagé pour les couples, contrat résidentiel, le prépayé pour les jeunes.


Hors frontières


En dehors de ses bases, le groupe Telefonica a une forte présence en Amérique latine. Il gère à l'étranger 19 millions de lignes en téléphonie fixe et 6,6 millions en cellulaire.
Depuis 1998, le groupe a opéré une restructuration. L'ensemble des activités de Telefonica est aujourd'hui assuré par 7 compagnies. Telefonica de Espana et Telefonica Moviles, opérateurs de téléphonie fixe et mobile en Espagne, Telefonica Data, Telefonica Interactiva et Telefonica Media. Les deux autres compagnies affiliées Telefonica Internacional et Telefonica Intercontinental. La première regroupe toutes les holdings du groupe ibérique en Amérique latine. La deuxième a été créée suite à l'introduction de Telefonica sur des marchés en dehors de l'Amérique latine. Elle a; acquis en 1999 le troisième opérateur autrichien European Telecom et travaille sur d'autres projets, notamment la seconde licence marocaine.

Badra BERRISSOULE

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc