×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

L'Europe défend ses tests de résistance

Par L'Economiste | Edition N°:3328 Le 27/07/2010 | Partager

. L’impact pourrait être limité . Les marchés déstressés mais peu convaincusAprès la publication, vendredi dernier, des résultats des tests de résistance des banques du vieux continent, dirigeants et régulateurs européens ont défendu la crédibilité de l'exercice. Sur 91 banques soumises à cet examen, cinq établissements espagnols, un allemand et un grec ont finalement échoué et devront lever, au minimum, 3,5 milliards d'euros pour renforcer leur solidité financière. Un résultat qui a immédiatement suscité le scepticisme des analystes, qui s'interrogent sur le niveau d'exigence de ces tests. «Si vous regardez les critères, c'était un examen difficile à réussir«, a assuré la ministre française de l'Economie Christine Lagarde. Pour elle, «l'Europe a apporté la dernière pierre à l'édifice visant à restaurer la confiance dans les banques et les Etats de l'Union européenne, malmenée depuis deux ans par des crises successives. Car l'enjeu était là: permettre au système bancaire européen de fonctionner plus normalement et d'ouvrir ainsi franchement les vannes du crédit, pour soutenir la reprise. La ministre espagnole de l'Economie Elena Salgado, dont le pays est soumis à une forte pression des marchés inquiets de sa situation financière, espérait ainsi que l'amélioration entrevue cette semaine «se renforce dans les semaines à venir et que le crédit recommence à circuler«. A noter que les marchés financiers se montraient peu impressionnés hier par les résultats des stress tests. Les Bourses de Paris (+0,07%), Francfort (-0,15%) et Londres (+0,02%) étaient sans entrain vers 9H20 GMT, évoluant en faible hausse ou en baisse modérée. L'Eurostoxx 50, qui regroupe 50 titres de sociétés de la zone euro, était quasiment stable (+0,09%). Le marché espagnol était à l'équilibre tandis que la Bourse d'Athènes voyait l'indice Athex gagner 0,46%, même si certaines banques de ces pays ont été pointées comme des maillons faibles. «Que les tests soient assez poussés reste à déterminer, mais nous estimons que ces résultats ont déjà été plus ou moins intégrés en ce qui concerne les marchés financiers«, indiquaient dans une note les analystes de la banque ING. A noter que le marché interbancaire ne montrait aucun signe de nervosité particulière hier. Principal taux de référence du marché interbancaire européen à court terme, l'Euribor d'échéance trois mois affichait une légère hausse à 0,889%, contre 0,885% vendredi.F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc