×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Affaires

Lesieur Cristal prend pied en Tunisie

Par L'Economiste | Edition N°:1965 Le 24/02/2005 | Partager

. Le groupe achète 34% d’une raffinerie. Il se prépare à la libéralisation du marché local. La consommation d’huiles par habitant est le double de celle du MarocLesieur Cristal, filiale agro-industrielle du groupe ONA, vient d’acheter 34% d’une entreprise tunisienne de production des huiles végétales, Raffinerie Africaine. L’accord de partenariat a été signé le 8 février par Ahmed Rahhou, PDG de Lesieur Cristal et Tarek Yassine Hamila, PDG de l’entité tunisienne.Qu’est-ce qui motive un tel investissement? Jamal Mourtada, directeur de l’International, souligne que «le secteur oléagineux tunisien y est encore administré et que Lesieur compte participer au processus de libéralisation qui devrait démarrer très prochainement». En fait, ce sont essentiellement les huiles de soja et de colza qui sont soumises à une autorisation à l’importation, alors que celles de tournesol ou de maïs sont déjà quasi libéralisées.Le marché des huiles tunisien présente de fortes potentialités de développement.La consommation par habitant y atteint 21 litres par an, soit le double de celle du Maroc. Dix raffineries se partagent le marché découpé en trois régions: nord, centre et sud. L’entité achetée par Lesieur Cristal contrôle environ 11% du marché local avec une capacité de production de 30.000 tonnes d’huiles par an.Le coût d’investissement dans la Raffinerie Africaine n’est pas encore arrêté, puisque le groupe «compte y engager d’autres projets de développement comme l’installation d’une unité de conditionnement», déclare Jamal Mourtada.Cette acquisition devra constituer une base arrière du groupe marocain pour développer les marchés limitrophes à la Tunisie. La stratégie de croissance externe a déjà été présentée à maintes reprises par le président de Lesieur Cristal comme le meilleur moyen de pénétrer les marchés maghrébins et africains, dont la majorité sont encore administrés.Si la filiale agro-industrielle de l’ONA exporte déjà ses produits vers une vingtaine de pays nord et ouest-africains, nord-américains et sud-européens, «elle cherche des opportunités pour s’installer dans la plupart de ces régions», note Jamal Mourtada. Lesieur entend devenir un acteur régional important. Le management veut diversifier ses débouchés dans un contexte d’ouverture de l’économie marocaine, en ayant un pied sur place afin de mieux servir sa clientèle et suivre ses performances.


Lesieur Cristal et les ALE

«Nous avons fait le choix d’être plus offensif à l’international dans notre stratégie de développement pour profiter des opportunités qu’offrent les accords de libre-échange», souligne Jamal Mourtada de Lesieur Cristal. Le management considère ces accords comme une chance de diversification des débouchés et des activités et non une menace. «Nous étudions toutes les opportunités de diversification d’activités à l’international pour nous positionner dès maintenant sur les marchés porteurs», souligne Jamal Mourtada. Le directeur de l’International donne l’exemple des produits de savon aux Etats-Unis pour lesquels l’ALE ne prévoit plus de droits de douane, «une aubaine pour les producteurs nationaux!» Bouchaïb EL YAFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc