×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Al Hoceïma, un an après le séisme
Le désenclavement enfin?

Par L'Economiste | Edition N°:1965 Le 24/02/2005 | Partager

. La ville sera reliée au réseau routier national. Infrastructures, santé, enseignement et programme de proximitéTrois milliards de DH pour reconstruire Al Hoceïma, dont un milliard déjà engagé pour des projets en phase d’étude ou en cours de réalisation. “Jamais la région du Rif n’a connu autant de projets”, souligne le président de la commune d’Al Hoceima. “Nous sommes très optimistes quant aux répercussions positives de ce programme. Pour le moment, il faut être patient. Ce n’est pas du jour au lendemain qu’on désenclavera une région qui a été négligée par le passé. Le programme d’urgence donnera sûrement ses fruits dans les années à venir”, ajoute le président. Cependant, les habitants de la région, et avec eux des associations locales, accusent les autorités de laxisme et d’attentisme dans la prise de décisions. Pour eux, l’Etat n’a pas honoré ses promesses. Les familles sinistrées vivent toujours sous les tentes et la plupart des projets annoncés par le gouvernement, au lendemain du séisme, n’ont pas encore vu le jour. “Le respect des échéances n’est pas le point fort dans la région. A mon avis, et d’après la cadence actuelle, certains projets accuseront un retard pouvant atteindre deux ans”, reconnaît un responsable à la wilaya d’Al Hoceïma. “Cependant, le gouvernement a fourni un effort considérable. Seulement, les habitants veulent et des résultats immédiats. Aussi, ils sont plus intéressés par les problèmes du chômage dans la région. Une solution qui ne se répercute pas immédiatement sur leur niveau de vie, ne suscite pas leur enthousiasme”, souligne-t-il. Parmi les projets qui permettront le désenclavement et le développement de la province figure celui de l’infrastructure routière. Il vise la connexion de la province d’Al Hoceïma à celles avoisinantes. Il s’agit de la rocade méditerranéenne dont la réalisation était déjà programmée, mais le séisme en avait accéléré l’opération. La réalisation de la partie reliant Ajdir à Ras Afrou dans la province de Nador est en cours. Près de 40% des travaux, qui s’étendent sur 84 km, ont été réalisés. Le dédoublement de la route de 7 km, reliant Ajdir à Al Hoceïma est également en cours. Le taux d’avancement des travaux qui devraient se terminer en 2005, a atteint 20%. Ce volet comprend également d’autres infrastructures routières encore à l’étude ou en phase de démarrage. L’axe concernant le développement du réseau routier rural prévoit la réalisation de 429 km de routes rurales. Une première tranche de 220 km sera réalisée entre 2005 et 2009. Toujours en ce qui concerne le désenclavement de la région, les travaux d’extension de l’aéroport Acharif Al Idrissi sont en cours. Ils sont réalisés à 60%. S’élevant à 45 millions de DH. Le projet permettra l’extension de la piste d’atterrissage et des parkings avions. Il permettra également aux B 737 tout type d’utiliser cet aéroport. Le port de la ville n’a pas été négligé. Les travaux de construction d’un nouveau quai pour la pêche artisanale sont réalisés 40% et ceux de déroctage pour faciliter la manoeuvrabilité des navires à l’entrée du port sont en cours. Ces projets ont nécessité un budget de 25 millions de DH.Parmi les grands chantiers prévus dans le programme d’urgence figure la réhabilitation des bâtiments publics touchés par le séisme. Sur un total de 360 bâtiments publics dans la région, 266 ont été touchés par le séisme. Un budget de 173 millions de DH a été réservé à cette opération. “La priorité a été donnée aux établissements scolaires, vu la sensibilité de ce secteur”, souligne Abdelhamid Najjari, chef d’aménagement pour la réhabilitation des bâtiments publics touchés par le séisme. En effet, 103 établissements scolaires ont été touchés à différents degrés. “Des étudiants ont terminé l’année sous des tentes. Cette année, tout le monde a rejoint des classes en dur, grâce aux efforts fournis dans ce domaine”, ajoute-t-il. La deuxième étape de ce programme de réhabilitation des bâtiments publics sera consacrée aux mosquées. Quelque 56 mosquées dont 11 à reconstruire ont été touchées. Les travaux de réhabilitation de 29 d’entre elles ont démarré, il y a un mois. Celle des autres est en phase d’étude.La santé a été également parmi les priorités du gouvernement dans le programme de mise à niveau de la région d’Al Hoceïma. Un budget de 172,4 millions de DH a été réservé à ce secteur. Sept projets dont le coût s’élève à 10.6 millions de DH ont été réalisés en 2004. Sept autres sont en cours de réalisations avec un coût de 61,2 millions de DH. Figure parmi ces projets, la construction du centre régional d’oncologie dans la municipalité d’Al Hoceïma, dont le coût se chiffre à 53 millions de DH et la construction d’un dépôt régional de médicaments, dans la même municipalité. Son coût s’élève à 4 millions de DH. Sur le terrain, les travaux de réalisation du centre d’oncologie viennent de démarrer. Un unique engin est en train de faire les premiers travaux de terrassement du sol. La construction d’une polyclinique de santé publique à la municipalité de Targuist (50 millions de DH), d’un institut de formation aux carrières de santé à Al Hoceïma (9 millions de DH) et l’aménagement du centre hospitalier provincial Mohammed V (16 millions de DH), figurent parmi dix autres projets en cours d’étude. Le budget réservé à leur réalisation se chiffre à 100,6 millions de DH. La commune d’Al Hoceïma a eu également son lot de projets. Entre autre, figure la mise à niveau de la voirie. Les opérations de revêtement de diverses rues de la ville (environ 20 millions de DH) et la mise en place de trottoirs (5 millions de DH) ont déjà démarré. D’autres opérations de proximité, notamment l’aménagement d’un espace vert à l’entrée de la ville par Ajdir (près de 800.000 DH), l’aménagement de deux terrains de sport (2,5 millions de DH) et l’aménagement de la place Mohammed VI (1 million de DH), sont en cours.


3 milliards de dirhams

La réalisation du programme d’urgence pour la réhabilitation d’Al Hoceïma nécessite une enveloppe de 3 milliards de DH. Cette somme a été mobilisée grâce, d’une part, au mouvement de solidarité nationale (867 millions de DH, soit 29% du total) et la coopération internationale, d’autre part (755 millions de DH, soit 25%). L’Etat a, de son côté, dû verser la somme la plus importante, soit 1,39 milliard de DH (46%). Notons que les principaux bailleurs de fonds internationaux sont le gouvernement saoudien, dont la participation s’élève à 500 millions de DH et l’Espagne, 200 millions de DH. Par ailleurs, sur les 3 milliards de DH, seulement 1 milliard correspond aux dégâts du séisme. Le gouvernement a fait profiter la région en investissant 2 milliards pour accélérer le développement de la province. Mohamed AKISRA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc