×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Les vertus de l'emprunt obligataire

Par L'Economiste | Edition N°:735 Le 29/03/2000 | Partager

. Ce mode de financement reste le plus souple

. L'émetteur peut avoir accès à plusieurs investisseurs à la fois


L'emprunt présente des avantages que les entrepreneurs n'arrivent pas toujours à cerner. A travers le séminaire «L'obligation, autre moyen de financement», Wafa Trust a essayé d'apporter un éclairage sur ce mode de financement.
M. Omar Bennani Smires, chef de mission à Wafa Trust, a d'abord mis en avant les raisons qui poussent les entreprises à choisir l'obligataire au lieu de l'emprunt bancaire.
Quand une entreprise a un besoin en liquidité, trois choix s'offrent à elles: l'autofinancement, les capitaux propres ou l'endettement. Celui-ci est de deux sortes: le crédit bancaire ou l'emprunt obligataire.
«Celles qui optent pour la deuxième catégorie doivent être d'abord éligibles et avoir atteint la vitesse de croisière nécessaire».
L'emprunt obligataire reste un mode de financement très souple qui n'est assorti d'aucune garantie, à l'inverse des prêts bancaires. De plus, l'émetteur peut avoir accès à plusieurs investisseurs: «Ce n'est pas le cas de la banque ou de l'entreprise, en cas d'emprunt, qui est toujours placée en position de faiblesse», ajoute M. Bennani Smires.
Par ailleurs, l'émission obligataire est un moyen de financement à moindre coût puisqu'il présente un taux global inférieur à tous les autres, d'autant plus que le contexte actuel est très favorable. Il plaide pour une baisse ou une stagnation des taux des bons de Trésor. «De même que le manque de papier engendre une forte demande des investisseurs et, par conséquent, des primes de risque modérées», poursuit M. Bennani.

Risque de placement et risque de taux


Quant aux risques, ils diffèrent de l'émetteur à l'investisseur. «Dans le cas de l'obligataire, ce qui est bon pour l'émetteur ne l'est pas pour l'investisseur et vice versa», explique M. Bennani. Pour l'entreprise, il y a le risque de placement et le risque de taux (baisse des taux des bons de Trésor). Quant à l'investisseur, il peut craindre aussi le risque des taux (mais cette fois-ci à la hausse), le risque d'illiquidité et le risque de paiement.
D'autres contraintes sont à prendre en compte pour l'émetteur: statutaires d'abord, puisque l'entreprise doit obligatoirement être une société anonyme et libérer intégralement son capital; financières ensuite, l'entreprise doit disposer de deux exercices arrêtés dont les états de synthèse ont été approuvés par les actionnaires.
Et enfin réglementaires, celle-ci doit accomplir toutes les formalités requises par le CDVM.
A rappeler qu'il existe différents types d'obligation: l'obligation à taux fixe, l'obligation zéro coupon, l'obligation à taux variable et l'obligation convertible.


Quatre étapes pour une émission


Pour émettre une obligation, l'entreprise doit passer par quatre étapes: mandater une banque d'affaires conseil, effectuer un audit, élaborer une notice d'information et communiquer dans un support (cette dernière étape étant facultative).

Fedou TOUNASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc