×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Les priorités de l'UE pour 2002

    Par L'Economiste | Edition N°:1167 Le 19/12/2001 | Partager

    . C'est l'Espagne qui va assurer la présidence de l'UE à partir du 1er janvier 2002L'Espagne oeuvrera durant sa présidence semestrielle de l'Union européenne à consolider le «projet européen» et asseoir une cohérence au sein de l'Union en matière de lutte contre le terrorisme. Ce sont les priorités de la présidence espagnole de l'UE qui débutera le 1er janvier, a indiqué lundi dernier à Bruxelles le ministre espagnol des Affaires étrangères, Josep Pique, en présentant un programme proche des intérêts nationaux de son pays. Pique a notamment souligné l'importance de disposer, à l'échelle européenne, d'une liste complète «d'entités terroristes ou de personnes y collaborant». Il a aussi souhaité de nouvelles mesures dans le domaine de la sécurité aérienne et un meilleur contrôle des «voies de financement« des organisations terroristes. Pique a reconnu que son pays était «particulièrement sensible à ce phénomène«, mais s'est défendu d'en faire une préoccupation purement espagnole. Il a expliqué que les attentats du 11 septembre avaient prouvé que le terrorisme était «une menace globale qui nous concerne tous». Parmi les autres priorités de l'Espagne durant sa présidence, figure un autre sujet, celui de la création d'un «marché unique de l'énergie« grâce en particulier à l'amélioration des capacités d'interconnexion des réseaux de gaz et d'électricité. Josep Piqué a indiqué qu'il s'agirait d'un des principaux dossiers abordés par le prochain Sommet européen en mars à Barcelone. La France avait suscité la colère de l'Espagne, lors du sommet de Stockholm en mars 2001, en refusant avec l'appui de l'Allemagne que soit fixée une date butoir pour une libéralisation générale de l'électricité en Europe. A Barcelone, l'Espagne tentera aussi d'obtenir des mesures concrètes en faveur d'un «espace européen des transports et des télécommunications«, a indiqué le ministre espagnol des Affaires étrangères. Outre l'adoption de «réformes structurelles« dans le domaine économique, Madrid s'est fixé quatre autres dossiers chauds. Il s'agit de la réussite de l'euro et la poursuite des négociations avec les pays candidats à l'adhésion, avec l'ouverture de deux chapitres particulièrement délicats, à savoir l'agriculture et les fonds structurels. S'y ajoutent le renforcement de la politique extérieure de l'UE, le développement de la coopération avec les pays du pourtour méditerranéen et le lancement de la Convention décidée samedi dernier au Sommet de Laeken pour réfléchir aux futures réformes institutionnelles.


    ZLE: Pique favorable à l'initiative du Maroc

    Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Josep Pique, a salué, lundi dernier à Bruxelles, l'initiative prise par le Maroc, la Tunisie, l'Egypte et la Jordanie de créer une zone de libre-échange (ZLE) entre eux. Présentant les priorités de la présidence espagnole de l'UE pour le premier semestre 2002, le chef de la diplomatie espagnole a, en évoquant le volet des relations extérieures, souligné notamment la nécessité de promouvoir la coopération multiforme entre les pays euroméditerranéens. F.Z.T. (MAP/AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc