×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Les Palestiniens revendiquent un tracé des frontières

Par L'Economiste | Edition N°:3383 Le 14/10/2010 | Partager

. Suite à la proposition de Netanyahu lundi dernier. Les USA proposent de faire une contre-proposition à l’offre israélienne LES Palestiniens ont appelé, hier mercredi, l’administration américaine et Israël à définir les frontières d’Israël, en réponse à la demande des Etats-Unis de formuler une contre-proposition à l’offre du Premier ministre Benjamin Netanyahu. «Nous demandons officiellement à l’administration américaine et au gouvernement israélien de fournir une carte de l’Etat d’Israël qu’il veut que nous reconnaissions», a déclaré Yasser Abed Rabbo, un des dirigeants de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), qui conduit les négociations de paix avec Israël. «Si cette carte est fondée sur les frontières de 1967 et prévoit la fin de l’occupation israélienne de tous les territoires palestiniens occupés en 1967, nous reconnaîtrons Israël quel que soit le nom qu’il se donne, conformément au droit international», a précisé Abed Rabbo, qui précise avoir été «officiellement mandaté par la direction palestinienne pour répondre à la requête de l’administration américaine». Le département d’Etat américain a enjoint les Palestiniens de faire une contre-proposition à l’offre exposée lundi dernier par Netanyahu, qu’ils ont aussitôt rejetée comme «sans rapport avec le processus de paix», d’échanger un nouveau gel partiel de la colonisation contre la reconnaissance d’Israël comme «Etat du peuple juif». Netanyahu «a fait état de ses réflexions sur ce qu’il était prêt à faire pour contribuer au processus de paix, et sur ce dont son peuple a besoin de voir sortir de ce processus. Nous espérons que les Palestiniens en feront autant», a déclaré mardi dernier le porte-parole du département d’Etat Philip Crowley, laissant entendre que Washington soutenait la revendication israélienne. Les Palestiniens, ainsi que la Ligue arabe, rejettent cette revendication émise par Israël depuis quelques années, arguant qu’ils reconnaissent Israël depuis un échange de lettres en septembre 1993 entre le président de l’OLP Yasser Arafat et le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin. Ils considèrent que reconnaître Israël comme «Etat juif» reviendrait à renoncer inconditionnellement au droit au retour des réfugiés palestiniens chassés de leur terre lors de la création d’Israël en 1948. Une des questions centrales du conflit, que les pourparlers sont précisément censés résoudre.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc