×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Emploi et Carrière

    Les Hommes qui font l'actualité

    Par L'Economiste | Edition N°:34 Le 18/06/1992 | Partager

    · M. Vanpeer, Directeur Général de Cofarma

    M. Eric Vanpeer(1) vient d'être nommé Directeur Général de Cofarma. Il succède à M. Boukhrissi.
    M. Eric Vanpeer est né à Anvers en Belgique, en 1950, dans une famille de commerçants. Il a passé son Bac, "L'humanité" option sciences dont les études se déroulent sur 6 ans et qui est l'équivalent du Bac de type français.
    Il commence immédiatement sa carrière en choisissant la grande distribution et plus précisément l'alimentaire, à l'intérieur de cette grande distribution. C'est ainsi qu'il effectue divers stages en hypermarchés. Parallèlement, il s'intéresse à la gestion de ce type d'établissements.

    Après son service militaire, en 1969, il intègre la chaîne d'hypermarchés américaine Sarma-Penney. Il s'occupe spécialement de la vente dans les magasins opérationnels.
    En 1972, il est nommé Directeur Adjoint d'un magasin de la chaîne, poste qu'il occupe pendant deux ans. En 1974, il est appelé au siège, à Bruxelles, où il est chargé d'études sur le merchandising-planning-contrôle. Il s'occupe aussi de l'approvisionnement dans divers types de magasins. Il reste au siège de Sarma-Penney pendant six ans. En 1980, il entre dans la chaîne Makro-Belgique dont il devient le responsable des achats, où il reste dix ans. En 1990, toujours dans le groupe hollandais SHV qui contrôle les Makro, il réalise diverses études internationales sur le développement des chaînes d'hypermarchés. Dans ce cadre, il effectue des séjours au Brésil.
    En 1991, il est nommé Directeur opérationnel à Marjane, à Rabat. Il est alors l'Assistant de M. Elbaz, Directeur Général de Cofarma.

    M. Vanpeer conserve ses responsabilités auprès de Marjane après sa nomination à la tête de Cofarma.
    M. Vanpeer est marié et père de deux enfants. Il se présente lui-même comme un"self made man", qui "aime le défi". Il précise que ce qu'il déteste le plus est l'inefficacité, où il"voit la source des mauvais résultats".o
    (1) Nous avions mal orthographié le nom de M. Vanpeer, dans L'Economiste du 4 Juin 1992. Nous prions M. Vanpeer ainsi que nos lecteurs de bien vouloir accepter nos excuses.
    Nous laissons à nos confrères qui ont recopié nos informations sans citer leur source, le soin de présenter eux-mêmes leurs excuses.

    · Christoph T. Jaeger quitte la représentation du PNUD

    M. Jaeger quitte le P.N.U.D. le 18 Juin 1992. Représentant Résident du Programme des Nations Unies pour le développement depuis Août 1987 et coordinateur résident du système des Agences des Nations Unies au Maroc. M. Jaeger est rappelé à New York où il occupera la fonction de Directeur Régional Adjoint pour les Etats Arabes aux Nations Unies.
    Né en Juin 1935 à Constance en Allemagne, M. Jaeger a rejoint le P.N.U.D. en 1972 en tant que Représentant Résident Assistant à San'à au Yémen.
    Muté à New York en 1974 il était chargé du Programme pour la Syrie, Aden et Chypre. 1978 est le début de sa mission pour l'Afrique du Nord.
    Il est nommé Représentant Résident à Alger en 1979 pour une période de cinq années. De nouveau retour à N.Y. en 1984 où il fut nommé chef de Division pour l'Asie du Sud jusqu'en 1987 où il rejoint le Maroc toujours pour une période de cinq années.
    Pourquoi ce changement tous les cinq ans? "C'est une décision sage" affirme M. Jaeger car "après 5 ans on perd toute objectivité qui est le capital le plus important. On peut perdre l'objectivité dans les deux sens: on devient soit trop négatif ou trop positif. Combien on considère la situation sans espoir, ou bien on se sent trop engagé et on regarde tout à travers des lunettes roses".

    M. Jaeger représente officiellement le P.N.U.D., le P.A.M. et le F.N.U.A.P. Il représente officieusement toutes les agences qui n'ont pas une représentation permanente .
    En allant à New York M. Jaeger projette utiliser le Maroc comme exemple car "ici, dit-il, on a mis l'accent sur l'Homme et l'Homme croit avec le défit". Selon M. Jaeger l'élément mal jugé dans les études de faisabilité notamment en Afrique c'est l'Homme. On a voulu faire du développement en détruisant la culture des pays et en adaptant l'homme à la technologie. Or le problème n°1 du développement c'est la gestion et la gestion c'est l'Homme.
    "Le Maroc est le seul pays dans la région qui va décoller économiquement, affirme M. Jeager, car c'est l'un des rares pays qui essaient de vivre avec leurs traditions pour aller de l'avant".

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc