×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Le retour du Festival des arts populaires

Par L'Economiste | Edition N°:2057 Le 05/07/2005 | Partager

. Le rendez-vous se professionnalise avec beaucoup d’innovation. 4 sites, 300 artistes populaires et plusieurs troupes étrangères Quelque peu timide du coté communication, le Festival national des arts populaires (FNAP) amorce apparemment un véritable tournant. C’est la 40e édition de ce festival, un des plus anciens du Maroc et qui a beaucoup donné, aussi bien aux arts populaires qu’à la ville de Marrakech. A l’ouverture de cette édition, des jeunes et plus vieux découvrent depuis le 2 juillet des troupes presque antiques comme celle d’Ahidous, avec le maestro Moha Ou Lhoussaine, les Ahwash ou encore Mizane Houara. Des troupes classiques avec chacune son histoire, son heure de gloire et ses déboires… Car, c’est une relation passionnelle qui lie le Festival des arts populaires de Marrakech aux Marrakchis. Une histoire qui date de 40 ans. Seulement, avec le temps, ce festival a pris de l’âge tant au niveau de l’organisation que de la motivation de ses gens. Pour cette année, il veut redorer son blason. Il s’appuie d’abord sur  la magie des arts populaires, venus des régions les plus reculées du Maroc. Ce sont ainsi une vingtaine de troupes qui se produisent dans les quatre sites du festival. Aux cotés des troupes marocaines, d’autres étrangères sont aussi au programme. “Parce que c’est un festival qui a 40 ans aujourd’hui et que l’objectif est de transformer ces arts en de véritables produits culturels avec la préservation d’une propriété artistique”, argumente Mohamed Knidri, président du Festival national des arts populaires.Pour la deuxième année consécutive, ce sont les Jardins de la Ménara qui accueillent ce festival de rythmes et de musiques populaires. Des packages incluant dîner et spectacle pour le prix de 300 DH ont été concoctés. Par ailleurs, des soirées bivouac au cœur de la palmeraie sont au programme, et ce tout au long du Festival.Faut-il le rappeler? Les ressources financières de ce festival sont bien limitées. L’ONMT lui réserve à peine un million de DH chaque année et 500.000 DH sont alloués par le budget de la ville. Le reste du soutien est converti en billets d’avion ou en chambres prises en charge par le CRT et RAM. Le ministère de la Culture prend en charge les artistes à hauteur de 120 DH par jour. Ils ont 300 à 400. Selon Knidiri, le budget global se situe autour de 4,5 millions de DH. Maigre dotation face à d’autres festivals qui disposent de 5 à 10 millions de DH.


Représentations VIP

Le FNAP s’ouvre aux troupes étrangères et aussi aux soirées people. Plusieurs sont prévues pour les invités de cette 40e édition du festival. C’est inscrit désormais parmi les nouveautés de ce festival qui s’ouvre aux troupes étrangères. Celles-ci ne se produisent pas dans le site officiel, mais officient toutefois aux soirées Befor & After du festival. Elles seront données dans des restaurants de grande renommée après le spectacle des arts populaires. Tout au long de cette 40e édition, le White Room, Ksar Hamra, le Sabal, Diafa, le Yacout et Bô-Zin soutiennent le festival avec des soirées spéciales selon les thèmes de la journée.


Programme des festivités

. A la Ménara:Tous les jours à partir de 21h30, le spectacle officiel des troupes folkloriques.. Théâtre royal (à 22H):Le 5 juillet: soirée GhiwaniatesLe 6 juillet: troupe brésilienne Alerta Geral.Le 7 juillet: soirée fusion Alerta Geral, Odissi Vision et Gedra. Place Harti:Le 5 juillet: Ballet Naîli d’AvignonLe 6 juillet: soirée fusion troupe indienne Odissi Vision et Jbara Fusion d’Espagne7 juillet : frères Migri.. Veillées nomades:8 juillet: dîner sous bivouac à la palmeraie avec spectacle  d’Wash et des chants haut Atlas9 juillet: soirées Aïta de la campagne et régions. Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc