×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le cours du pétrole s'embrase

Par L'Economiste | Edition N°:1426 Le 30/12/2002 | Partager

. D'après les experts, 2 millions de barils manqueraient quotidiennement en cas de guerre en Irak Mis sous pression par les bruits de bottes au Moyen-Orient, secoué par la grève générale lancée depuis le 2 décembre au Venezuela, les cours du baril de brut confirment leur inexorable grimpette. Ces derniers jours, à New York, le prix du “light sweet crude”, qualité de référence, a dépassé le seuil psychologique des 30 dollars le baril (autant d'euros). Il cote actuellement 31,97 dollars, un niveau qu'il n'avait pas atteint depuis janvier 2001. Trois mois auparavant, les cours s'inscrivaient un peu au-dessus de 28 dollars, avant de retomber à 20 dollars courant novembre. Mais, cette fois, tous les spécialistes estiment que la flambée ne fait que commencer. Comme si la situation avait déjà atteint un point de non-retour, notamment au Moyen-Orient.D'autant que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ne fait pas grand-chose pour calmer le jeu. Le 12 décembre, Chakib Khalil, le ministre algérien du Pétrole, avait déclaré que l'OPEP ne pourrait pas compenser une baisse de la production du Golfe en cas d'attaque contre l'Irak, ses capacités ne permettant pas, selon lui, de “faire face” à la demande des pays consommateurs. De fait, les experts estiment qu'une guerre en Irak priverait le marché de 2 millions de barils par jour, le temps des opérations militaires. En y ajoutant les 3 millions de barils que le Venezuela ne peut actuellement plus produire, ce sont 5 millions de barils par jour qui font défaut.Caracas tente de remédier à la situation en faisant intervenir l'armée pour reprendre peu à peu le contrôle du groupe public Petroleos de Venezuela, paralysé depuis vingt-cinq jours. Hier, la Marine de guerre a repris sans casse la barre de deux pétroliers chargés à ras bord de barils. Pourtant, la tension n'a pas cessé: “Le Président Hugo Chavez doit choisir entre des votes et des balles”, a déclaré Americo Martin, un représentant de l'opposition de droite.Au bout du compte, “les pays consommateurs seraient amenés à puiser dans leurs réserves stratégiques pour éviter une rupture physique de l'approvisionnement”, prévoit l'étude publiée hier par le cabinet américain Energy Intelligence Group (EIG) qui dresse une liste de scénarios possibles.Le plus noir n'est, semble-t-il, pas le plus improbable. En cas de guerre en Irak à compter de janvier, la production locale de pétrole stopperait en février, estime EIG. Et elle ne reprendrait au Venezuela, au pire, qu'à compter de fin février. Et selon EIG, seule une intervention massive de l'Opep pour combler le manque de pétrole pourrait éviter l'explosion.Frédéric Pons Syndication L'Economiste-Libération (France)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc