×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
International

Les firmes informatiques se refont une santé

Par L'Economiste | Edition N°:1426 Le 30/12/2002 | Partager

. Malgré le déclin de leurs chiffres d'affaires, les grandes entreprises du secteur ont vu leurs liquidités augmenter Les réserves de liquidité de certains grands noms de l'informatique ont augmenté sensiblement. Les ventes ont, par contre, pâti dans le même temps d'une crise sans précédent dans ce secteur, selon une enquête du Wall Street Journal, à la fin de la semaine dernière sur son site Internet. Les exemples de cinq groupes américains ont été cités (Microsoft, Oracle, Cisco, Intel et Dell), dont les capacités financières démentent une soi-disante mauvaise santé générale de la haute technologie. Ces cinq entreprises affichent actuellement un niveau de cash et placements liquides de 87 milliards de dollars, contre 77 milliards l'an dernier à la même époque, alors même que leurs chiffres d'affaires cumulés ont décliné de 35%, selon le même journal. Chacun de ses groupes a sa propre recette pour dégager des liquidités. Microsoft a par exemple orienté ses clients vers des versions plus coûteuses de ses produits vedettes (Windows X). Dell a joué sur les délais de livraison de ses ordinateurs payés directement par Internet. Cisco a par contre réduit au maximum ses coûts de fabrication. Quant à connaître la destination de ces petits magots (40 milliards de dollars pour Microsoft, 21 milliards pour Cisco), la question embarrasse souvent les intéressés qui se contentent d'évoquer une accélération des programmes de rachat de leurs propres actions. Le Wall Street Journal souligne que la plupart des entreprises de la high-tech rechignent à verser un dividende à leurs actionnaires. Pourtant, ajoute-t-il, les premiers résultats d'une étude récente démontrent que les firmes qui accumulent du liquide et paient peu ou pas de dividendes, ont tendance à se développer plus lentement que celles qui versent une somme substantielle, y compris les entreprises technologiques qui connaissent une croissance exponentielle.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc