×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le 11 septembre exploité dans les élections US

Par L'Economiste | Edition N°:1721 Le 09/03/2004 | Partager

. Campagne contre les spots de George W. BushL'état-major de campagne du président républicain George W. Bush n'a pas l'intention de retirer ses spots publicitaires utilisant les images des attentats du 11 septembre 2001, malgré la polémique alimentée dans les médias par les démocrates, le syndicat des pompiers et des familles de victimes.Marc Racicot, le président de la campagne pour la réélection de Bush, avait indiqué se sentir «très à l'aise» avec la réaction du public à ces publicités qui ont commencé à être diffusées massivement à la télévision cette semaine. L'usage d'un certain nombre d'images faisant référence aux attaques du 11 septembre «est tout à fait approprié» pour illustrer les qualités de leadership du président américain, a-t-il insisté. Ces images -en particulier celle de deux pompiers aux côtés d'un cercueil drapé dans un drapeau américain- étaient l'un des sujets principaux des traditionnels débats télévisés du dimanche matin sur les grands réseaux télévisés américains. Le camp de John Kerry, le sénateur démocrate favori de son parti pour l'élection présidentielle du mois de novembre, a accusé le président de récupérer politiquement une tragédie qui a touché tout le pays. Et un certain nombre de proches des victimes ne mâchent pas non plus leurs mots. Monica Gabrielle, qui a perdu son mari dans l'attentat, dit sa «colère»: «Le 11 septembre est le plus grand échec de Bush. Qu'a fait son administration pour empêcher cette tragédie?» «Ce président était assis dans une salle d'école quand le pays était attaqué, ce président a résisté à la création de la Commission (d'enquête sur les manquements du renseignement), cette administration n'a pas coopéré avec l'enquête, et ils utilisent le 11 septembre? C'est méprisable», a-t-elle dit.   Mais «se souvenir de ce moment c'est voir le bilan du président pendant une période très, très difficile, c'est aussi voir ce que nous allons faire au sujet du terrorisme à l'avenir», insiste Racicot.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc