×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Femmes au travail: Encore peu de progrès

Par L'Economiste | Edition N°:1721 Le 09/03/2004 | Partager

. Précarité, chômage, leur lot, selon le BITLes femmes n'ont jamais autant travaillé, mais elles sont davantage que les hommes victimes du chômage, de la précarité, de la pauvreté et des inégalités salariales, déplore le Bureau international du travail (BIT) dans un rapport publié à l'occasion de la journée internationale des femmes célébrée hier 8 mars. Avec 1,208 milliard de travailleuses (contre 1,006 milliard en 1993), les femmes représentent désormais plus de 40% de la main-d'oeuvre mondiale, souligne le BIT dans son rapport intitulé «Tendances mondiales de l'emploi pour les femmes». «Jamais auparavant tant de femmes n'ont été économiquement actives. Pourtant, l'écart entre les sexes n'est près de se résorber dans aucune région du monde», analyse l'organisation. «Une véritable égalité dans le monde du travail reste hors d'atteinte». Les femmes sont plus touchées par le chômage (6,4% contre 6,1% pour les hommes), sauf en Extrême-Orient et en Afrique subsaharienne. Le chômage touche plus particulièrement les jeunes. Quelque 35,8 millions de femmes âgées de 15 à 24 ans sont à la recherche d'un emploi dans le monde, soit près de la moitié du total des femmes au chômage (77,8 millions). «Etre une femme et être jeune peuvent entraîner une double discrimination», résume le BIT. «Les jeunes femmes ont plus de mal à entrer sur le marché du travail et à conserver leur emploi en période de ralentissement économique». Les emplois occupés par les femmes sont également plus précaires. «Alors que les hommes ont plus de chances d'être employés à des activités régulières et mieux payés, les femmes sont de plus en plus embauchées pour des travaux périphériques, peu sûrs et moins valorisés, comme des emplois à la maison ou des emplois temporaires. Ces emplois se caractérisent par des salaires très bas, des revenus irréguliers, pas ou peu de sécurité de l'emploi ou du revenu et un manque de protection sociale», relève le BIT. Résultat: les femmes sont plus nombreuses à faire partie des «travailleurs pauvres», qui touchent moins d'un dollar par jour. Elles représentent 60% de cette population, soit 330 millions de personnes. Autre conséquence, «partout dans le monde, les femmes sont moins payées que les hommes», avec au mieux 90% du salaire de leurs collègues masculins. Même dans les professions «typiquement féminines», l'écart reste de taille: à Singapour, un instituteur gagne 6% de plus qu'une institutrice et un infirmier 21% de plus qu'une infirmière. Et la situation ne s'améliore pas, selon le rapport. La répartition des emplois selon les secteurs montre que les femmes sont plus présentes que les hommes dans l'agriculture dans les pays en développement, mais moins nombreuses dans l'industrie. Dans les services, elles restent cantonnées aux secteurs sociaux, alors que les hommes dominent dans les domaines mieux rémunérés comme la finance ou l'immobilier. Hier, le monde s'est penché sur d'autres entraves à l'épanouissement des femmes. Lutte contre les violences et débats sur le port du voile. «Assassinées au nom de l'honneur» au Moyen-Orient et en Asie, victimes de mutilations génitales en Afrique, les femmes sont également victimes de violences dans les pays riches : en Europe, la violence domestique est pour les femmes de 16 à 44 ans la principale cause de mort et d'invalidité, comme le rappelle une campagne lancée cette année par Amnesty. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc