×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L'application de Kyoto coûtera cher à l'Espagne

Par L'Economiste | Edition N°:1740 Le 05/04/2004 | Partager

. Elle devra débourser 19 milliards d'euros entre 2008 et 2012L'application du protocole de Kyoto sur les émissions de gaz à effet de serre coûtera 19 milliards d'euros à l'Espagne entre 2008 et 2012. C'est ce qu'a révélé une étude du cabinet de consultants PriceWaterhouseCoopers (PwC). «L'Espagne accepte Kyoto mais pas le hara-kiri de son économie», a conclu Antonio Carbajal, un des auteurs de l'étude, qui a tenu à rappeler qu'en 1990, il était «difficile d'estimer les impacts du protocole». Selon cet organisme, qui a étudié la période pendant laquelle les pays industrialisés doivent réduire de 5,2% leurs émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, l'Espagne devrait faire face à 2,4 milliards d'euros par an de dépenses pour ses droits d'émissions et ses effets induits. Ce qui pourrait lui coûter 2,7 points d'inflation dès le début de la période. Par ailleurs, ce rapport estime que de nombreux secteurs, notamment les transports, l'électricité, le papier, les cimenteries, verraient leurs coûts augmenter de manière drastique, ce qui conduira inévitablement à des «délocalisations». De plus, PriceWaterhouseCoopers estime dans cette étude que les pays moins avancés industriellement comme l'Italie, la Grèce ou l'Espagne seraient vraisemblablement obligés de racheter des droits à des pays comme la France ou l'Allemagne, rendant encore plus difficile la convergence européenne. Néanmoins, cette étude souligne les efforts entrepris par l'Espagne, indiquant par exemple que la production d'électricité devrait augmenter de 87% entre 1990 et 2010 contre une augmentation de 34% seulement des émissions de gaz provoquées par la production d'électricité.Rappelons qu'en vertu du protocole de Kyoto, l'UE s'engage à réduire de 8% ses émissions de CO2 et autres gaz à effet de serre pour 2008-2012, par rapport aux niveaux de 1990. Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc