×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    La Russie obtient un prêt du FMI

    Par L'Economiste | Edition N°:476 Le 02/04/1999 | Partager

    · L'accord FMI-Russie prévoit un prêt de 4,8 milliards de Dollars
    · La Russie souhaite effacer 75% de la dette de l'ex-URSS
    · Plusieurs semaines doivent être nécessaires pour mettre en place les modalités de versement de l'aide


    Le FMI va débloquer une aide pour la Russie malgré la crise du Kosovo. Le Fonds a décidé de lui octroyer un crédit d'un montant non annoncé officiellement, mais qui, selon des sources proches des négociations, serait de 4,8 milliards de Dollars. Cet accord a nécessité pas moins de sept mois de négociations houleuses, sept mois durant lesquels la crise économique en Russie n'a cessé de prendre de l'ampleur. Depuis août 1998, le FMI avait gelé l'aide à la Russie. L'accord, conclu entre le directeur général du FMI, Michel Camdessus, et le Premier ministre russe Evgueni Primakov intervient à un moment où les relations entre Moscou et Washington sont des plus tendues à cause de la question yougoslave. L'aide est urgente pour la Russie qui doit en mai et juin prochains payer d'importantes échéances sur sa dette extérieure estimée à 17,5 milliards de Dollars cette année.
    Le communiqué commun du directeur général du FMI et du Premier ministre fait état d'un accord sur le montant du surplus primaire (avant paiement des échéances de la dette) de 2% du PIB dans le budget 99 contre 1,6% environ tel qu'il est inscrit dans le même budget et approuvé par le Parlement. Ce budget ne prévoit pour le service de la dette extérieure que 9,5 milliards de Dollars et des recettes dépassant à peine 19 milliards.

    Les modalités


    Un compromis a été trouvé. Les parties devront maintenant déterminer les modalités de mise en application de cette nouvelle aide. Une nouvelle mission du FMI est attendue à Moscou mercredi prochain pour élaborer avec le gouvernement un plan économique permettant un versement de l'aide. Le gouvernement russe soumettra un projet au FMI avant le 20 avril en espérant recevoir la première tranche du prêt en mai. Pour M. Thierry Malleret, économiste en chef du groupe Alfa Capital, "le FMI va donner à la Russie beaucoup moins que ce dont elle a besoin pour rembourser la totalité de sa dette, au mieux un peu plus que ce qu'elle doit rembourser au FMI lui-même, soit 4,6 milliards de Dollars". Le ministre russe des Finances a cependant annoncé que l'accord avec le FMI ouvrait la voie à de nouveaux prêts. La Russie souhaite en fait négocier avec ses créanciers occidentaux l'effacement de 75% de sa dette héritée de l'ex-URSS, soit au total 103 milliards de Dollars. Le vice-Premier ministre russe a souhaité qu'une partie de la dette soit annulée et une autre restructurée au-delà de 2005. "Nous partons du principe qu'avec la crise du 17 août 1998 les revenus réels de la population ont chuté de plusieurs fois", a-t-il déclaré.


    Le système bancaire russe, un obstacle au développement économique


    Le FMI est "très soucieux" de la façon dont la Russie a géré ses réserves en devises dans des comptes off-shore. La Banque Centrale de Russie (BCR) aurait en effet investi à l'étranger en secret pour des milliards de Dollars de réserves entre 1993 et 1998, sans que l'on sache où sont passés les profits, selon un audit interne de la BCR présenté au Parlement russe. Le Président russe a évoqué la nécessité de changer le système bancaire, un des principaux obstacles au développement de l'économie de marché. Il a déclaré que la Russie allait poursuivre dans la voie de l'économie de marché choisie en 1991, tout en corrigeant les erreurs commises, notamment dans le domaine social.

    Nadia BELKHAYAT (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc