×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

La machine américaine redémarre

Par L'Economiste | Edition N°:22 Le 26/03/1992 | Partager

L'Economie américaine a amorcé son redressement. Des statistiques récentes montrent que la conjoncture s'améliore: les taux de production industrielle, d'utilisation des capacités industrielles, d'inflation et le chiffre des mises en chantiers de logements sont assez éloquents.
La production industrielle, en effet, a effectué un bond non négligeable de 0,6%, soit une hausse de 1,4% en rythme annuel. Ce regain de vigueur s'explique, selon la Réserve Fédérale, par l'accélération du rythme de production des chaînes de montage d'automobiles et de pièces détachées notamment.
D'un autre côté, le taux d'utilisation des capacités a atteint 78,2% après avoir été de 77,9% en Janvier dernier.
Concernant le troisième indicateur, les statistiques font ressortir une progression de l'indice des prix de détail, la plus forte depuis Novembre dernier, soit 0,3%. A ce taux, l'inflation reste raisonnable.
Pour ce qui est des mises en chantier de logements, une augmentation de 9,6% en Février a été enregistrée, ce qui signifie qu'avec un rythme annuel de 1,304 millions d'unités, l'immobilier marque une reprise solide.
A côté de cela, les statistiques révèlent que les ménages ont réduit leur endettement et recommencé à consommer.
Cette reprise, appuyée sur un regain de consommation a donc entraîné une baisse des stocks donnant lieu à une augmentation de la production.
Cette tendance s'avère intéressante car historiquement, ce sont les dépenses de consommation (soit deux tiers du PIB américain) qui ont toujours aiguillonné la relance outre-Atlantique, contrairement à l'année 1991 dont le moteur de croissance fut la production industrielle.
Bien qu'encourageants, les prémisses de la reprise de l'économie américaine sont à prendre avec quelques réserves car les graves problèmes économiques du pays demeurent.
L'énorme déficit budgétaire, qui maintient les taux d'intérêts à long terme à un niveau élevé, ce qui risque de nuire dans l'avenir, n'est-il pas éloquent ?

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc