×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    La carte éolienne du Maroc se précise

    Par L'Economiste | Edition N°:593 Le 13/09/1999 | Partager

    · Plus de 30 stations dans les régions très ventées de Tanger, Tétouan, Dakhla, Laâyoun, Tarfaya, Taza et Essaouira

    · L'exemple de Koudia El Baïda, un site dont le coût global est d'environ 510 millions de DH


    C'EST suite aux dernières évaluations(1) du CDER (Centre de Développement des Energies Renouvelables) que se dessine aujourd'hui pour les investisseurs la carte éolienne marocaine.
    En effet, ce sont plus de 30 stations éoliennes qui ont été répertoriées aujourd'hui. Installées aussi bien à Tanger, Tétouan, Dakhla, Laâyoun, Tarfaya, Taza qu'à Essaouira, ces stations représentent un vaste gisement éolien.
    Conscient du manque de visibilité des investisseurs dans le secteur éolien, le CDER a entamé dans ce sens plusieurs études de faisabilité (projets de démonstration). Ainsi, dans le cadre du projet d'électrification du village de Moulay Bouzerktoun (Essaouira) par un réseau local autonome, une étude a été lancée par le CDER pour l'évaluation du gisement éolien de ce site. Encore au stade des tractations avec différents organismes, ce projet prévoit l'installation d'un aérogénérateur (de 15kW/400VAC-50Hz) et d'un groupe électrogène (de 25 kVA-380/400VAC-50) pour l'alimentation en électricité par un mini-réseau basse tension (2.800 mètres) de 65 foyers (360 habitants). S'y ajoute, dans le cadre de ce projet, l'électrification d'une mosquée, du siège de la Commune, d'une école à deux classes, d'une auberge et l'installation de 18 lampes d'éclairage public. Selon le Centre, ce projet est estimé à 1,83 million de DH.

    A souligner que la Fondation Fondem (France) et EDF (Electricité de France) financeront toute la partie génération d'électricité pour un montant de 600.000 FF (environ 960.000 DH). Quant à la distribution d'électricité par mini-réseau, c'est l'Office National d'Electricité (ONE) qui assurera son exécution dans le cadre du PERG (Programme d'Electrification rurale Globale).
    Cependant, si le projet de Moulay Bouzerktoun est encore au stade des tractations, d'autres sont d'ores et déjà en cours de réalisation. Tel est le cas de Koudia El Baïda. Se situant à Tlat Taghramt à 17 km de la ville de Fnideq (Province de Tétouan), ce projet représente un coût global d'environ 64 millions de Dollars (environ 510 millions de DH). A rappeler que les opérations de financement et d'exploitation de ce projet sont assurées par la compagnie Eolienne du Détroit. Il s'agit d'une société de droit marocain créée à cet effet et dont le capital est réparti entre EDF (49%), la Compagnie Financière de Paribas (35,5%) ainsi que par M. Jean-Michel Germa (15,5%), le promoteur du projet qui en assurera la présidence.
    Ce site, est-il indiqué, permettra la réduction de l'importation de plus de 46.000 tonnes de pétrole par an. Ce qui a un impact très important sur les recettes en devises étrangères: l'équivalent d'environ 80 millions de DH par an.

    Hassan BOUCHACHIA

    (1) La dernière évaluation remonte à 1995. Toutefois, et à la demande de L'Economiste, ces données ont été réactualisées par le CDER.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc