×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

La Bourse va bien, mais attention à la léthargie!

Par L'Economiste | Edition N°:3316 Le 09/07/2010 | Partager

. La place boucle le premier semestre sur des performances plus qu’honorablesGlobalement positive, l’évolution des indices boursiers au cours du premier semestre affiche quelques disparités. C’est en partie ce qui ressort de l’analyse semestrielle de BMCE Capital Bourse qui vient d’être publiée. En effet, le marché qui reste globalement bien orienté, malgré les quelques soubresauts des dernières séances, est passé par trois phases bien distinctes tout au long des six premiers mois de 2010. Dans ces conditions, la place de Casablanca s’est installée dans un premier temps par une phase de «trading-range», c’est-à-dire que les indices ont connu de légers oscillements durant les 3 premiers mois de l’année, après avoir connu un bond momentané au départ. C’est ainsi qu’ils ont fixé leurs performances annuelles à 5,64% pour le Masi et 5,71% pour le Madex. La seconde phase, qui a coïncidé à la fois avec l’annonce de la méga fusion ONA-SNI et l’augmentation de la capacité bénéficiaire globale des sociétés cotées de 2%, s’est traduit par une ascension soutenue des indicateurs boursiers. En revanche, la dernière phase n’a guère été bénéfique. En effet, la Bourse, alimentée par des prises de bénéfices massives «probablement nourries» par l’annonce de la cession par l’Etat de 8% de sa participation dans le capital d’IAM, a bouclé le semestre sur une petite correction. Ainsi, en date du 30 juin, les performances annuelles des indices ont, respectivement, été ramenées à 12,74 et 13,42%. Ce léger décrochage pourrait, selon l’analyse de BKB, se poursuivre au cours du mois de juillet. Ce qui est le cas actuellement. Et pour cause, plusieurs arbitrages devraient être opérés dans un contexte d’intensification du recours au marché de la dette obligataire et aux opérations sur le capital. Cette hypothèse est, de plus, étayée par «une situation technique peu favorable». Par conséquent, le prochain objectif de cours pourrait se situer aux alentours de 11.520 points à court terme. Dans ce sillage, la capitalisation retrouve ses niveaux d’avant-crise, pour se fixer à près de 570 milliards de DH. A ce titre, le marché traite à 16,9 et 15,6 fois les résultats prévisionnels 2010 et 2011. «Ce qui demeure relativement chère comparativement aux Bourses de la région», fait savoir un opérateur. Toutefois, la place de Casablanca offre, à ce niveau, un rendement intéressant estimé à 3,7%. Suivant la même tendance haussière, le chiffre d’affaires du marché s’est littéralement envolé à l’annonce des OPR sur ONA et SNI. Il s’élève, à fin juin, à 88 milliards de DH, soit une progression de 38% par rapport à la même période de 2009. Ces performances accumulées depuis le début de l’année commencent, légèrement, à s’estomper. «Les investisseurs sont dans l’attente des méga opérations(1) à venir pour prendre position» se murmure-t-il au sein du marché.M. A. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc