×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Japon: Le statu quo monétaire persiste

Par L'Economiste | Edition N°:2211 Le 10/02/2006 | Partager

. La BOJ maintient sa politique ultrasoupleLA Banque du Japon (BOJ) a laissé inchangée jeudi 9 février sa politique monétaire ultrasouple, les camps des partisans et des détracteurs d’un resserrement immédiat n’ayant pas évolué malgré les récentes statistiques tendant à confirmer la fin de huit ans de déflation. Au terme de deux jours de réunion, le comité de politique monétaire de la BoJ a décidé, à la majorité de sept voix contre deux, de poursuivre la politique dite d’«assouplissement quantitatif», qui consiste à inonder le marché de liquidités, tout en maintenant les taux d’intérêt à zéro. Les marchés ne s’attendaient pas à un resserrement monétaire. Mais certains analystes prédisaient que le camp des partisans d’un resserrement monétaire immédiat allait se renforcer d’au moins un troisième membre, en raison des statistiques qui tendent à confirmer que la déflation est en train de disparaître au Japon. La politique d’«assouplissement quantitatif», menée par la BoJ depuis 2001, a pour but d’enrayer la chute continuelle des prix à la consommation qui handicape l’économie japonaise depuis près de huit ans. Or, les prix à la consommation hors produits frais au Japon, en régression quasi continue depuis l’été 1998, se sont légèrement redressés en novembre et en décembre (+0,1%) après être déjà restés stables en octobre. Ce redémarrage des prix a fait enfler les spéculations sur la fin imminente de la politique monétaire actuelle. Une fin que la BoJ a elle-même annoncée pour le courant de l’année 2006. Mais la BoJ, qui subit de fortes pressions du gouvernement nippon pour qu’elle ne resserre pas prématurément sa politique, a également rappelé qu’aucun changement ne serait décidé avant que plusieurs mois consécutifs de stabilité ou de hausse des prix n’aient été observés. La BoJ a prévenu qu’elle commencerait d’abord par réduire l’objectif de solde des comptes courants des banques auprès d’elle, actuellement situé dans une fourchette de 30.000 milliards à 35.000 milliards de yens (212 milliards à 247 milliards d’euros au taux actuel), avant de commencer, quelques mois plus tard, à relever les taux d’intérêt.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc