×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Irak/USA: Des armes chimiques utilisées à Falloujah

Par L'Economiste | Edition N°:2148 Le 10/11/2005 | Partager

. Un reportage d’une TV italienne démontre l’utilisation du phosphore contre des civilsUn reportage de la chaîne d’information italienne RaiNews 24 à affirmé, mardi 8 novembre, que les forces américaines ont utilisé des armes chimiques contre des civils de Falloujah en novembre 2004, notamment du phosphore blanc, un puissant agent mortel qui brûle violemment les corps.«J’ai reçu l’ordre d’être prudent parce que du phosphore blanc devait être utilisé sur Falloujah» (50 km à l’ouest de Bagdad), déclare dans le reportage un vétéran de l’armée américaine, Jeff Englehart, interviewé à son domicile du Colorado en août dernier.«J’ai vu les corps brûlés de femmes et d’enfants», déclare également le marine, expliquant que le phosphore blanc «brûle les corps jusqu’aux os».Utilisé théoriquement pour illuminer les positions ennemies dans l’obscurité, le phosphore blanc est un puissant agent chimique mortel pour les humains.Le reportage télévisé, d’une durée d’environ 20 minutes, se fonde également sur le témoignage de civils de Falloujah, bastion sunnite pacifié au prix d’une offensive américano-irakienne majeure en novembre 2004 contre des insurgés irakiens.«Une pluie de feu est descendue sur la ville, les gens touchés par ces substances de diverses couleurs ont commencé à brûler. Nous avons trouvé des cadavres avec des blessures étranges. Leurs corps étaient brûlés mais leurs vêtements intacts», explique Mohamad Tareq Al Deraji, un scientifique de Falloujah qui a fondé en 2004 un «centre d’études pour les droits de l’homme» dans le bastion rebelle.L’enquête des journalistes Maurizio Torrealta et Sigfrido Ranucci s’appuie enfin sur des documents photographiques pris, selon eux, après l’offensive américaine et montrant des corps carbonisés.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc